ShareThis

15 juin 2009

Le Comte de Bouderbala

Le Comte de Bouderbala, ou, comme il l'explique lui-même sur son site, "le Comte en guenilles, en haillons, le comte des désargentés". Son itinéraire est pour le moins atypique : prof en France, joueur de basket aux États-Unis et pour l'équipe nationale d'Algérie... puis ce jeune homme se tourne vers le slam et enfin vers le stand-up. Il va faire des essais et voir les grands du genre aux États-Unis puis revient en ce moment au Petit Théâtre du Gymnase à Paris.

Je l'ai découvert lors du concert de Grand Corps Malade à Paris au Palais des Congrès il y a environ deux ans ; il faisait la première partie. Autant vous dire qu'à la base, je ne suis pas une fan des spectacles des comiques. Ça m'amuse un peu, mais passer plusieurs heures là-dessus, je m'ennuie rapidement (je parle d'expérience puisque j'ai essayé Elie Semoun à l'Olympia). Mais Frère Cadfael m'a proposé d'y aller et je me suis laissée tenter.

J'avais déjà pu apprécier son élocution assez facile à comprendre. J'ai retrouvé cette caractéristique avec plaisir. Une petite heure et demie passée en sa compagnie dans une toute petite salle voûtée, pour une somme assez modique, permet d'apprécier son humour cynique qui porte sur tout et tout le monde. Il met son public à l'aise en commençant par se moquer de lui-même " seul arabe dans un corps de turc avec une gueule de portugais", puis toutes les religions en prennent pour leur grade. Les jeunes de banlieue aussi : lui qui vient de Saint-Denis connaît bien et il rend tout cela d'autant plus croustillant qu'il y a un réel décalage entre sa façon très polie et cultivée de faire le portrait de ces jeunes et leur vocabulaire à eux. Le passage qui analyse la conjugaison ou les constructions grammaticales dans les différents groupes de rap est savoureux ! Un seul petit regret : pour ceux qui ont vu la première partie de Grand Corps Malade, il y a un peu de redite tout de même.

En bref, on rit beaucoup sans méchanceté gratuite. Un vrai bon moment en perspective si vous ne connaissez pas. Dépêchez-vous, Sami Le Comte de Bouderbala n'y est encore que pour 2 semaines !

Informations utiles :

Le Comte de Bouderbala au Théâtre du Gymnase
Studio Marie Bell
38 Bd Bonne Nouvelle 75010 Paris
M° Bonne Nouvelle

A partir du 22 janvier 2009
les jeudis, vendredis et samedis à 21h30
Tarif : environ 18€

Réservation au 01 42 46 79 79 ou en ligne

1 commentaires :

Mélanie a dit…

Je confirme avoir été séduite par le phrasé du Monsieur. J'ajouterai que son parcours atypique lui permet de taper sur tout un éventail de la société et lui donne le ton juste.