ShareThis

16 octobre 2009

Musique : The resistance - Muse

Le 14 septembre dernier sortait le 7e album de Muse, The Resistance.

Je ne suis pas une fan de la première heure, et je ne suis pas tous leurs faits et gestes avec attention. J'ai juste eu un énorme coup de coeur pour leur album Absolution, que j'appréciais et apprécie encore beaucoup. Black holes and revelations n'était pas mal non plus. J'ai donc écouté celui-ci avec intérêt.

Au début, pas de dépaysement : Uprising est bien un titre du groupe, aucun doute, dans la lignée directe de ce qu'on entendait auparavant (Hysteria). Puis, petit à petit, tout dérive. Suis-je la seule à mettre demandé ce que venait faire Queen ici ? Ceci dit, ce n'est pas inintéressant, et même plutôt bien amené et utilisé. La musique est efficace. Les quatre derniers titres sont par contre plus complexes d'approche : Exogenesis et ses trois mouvements se rapprochent de la musique de film (Overture) et de la musique classique (Cross-pollination, Redemption qui fait penser à du Chopin). Ces morceaux sont moins évidents et demandent plusieurs écoutes, mais sont au final vraiment très bons. Ils se différencient juste des morceaux plus lourds du début ce qui donne à cet album une construction un peu bizarre à mon sens.

En bref, un album bien sympa mais très hétéroclite.

Et en voici un extrait :


6 commentaires :

pascal a dit…

Je ne sais pas si je dirais "hétéroclite". A mon goût, ça ressemble vraiment à du Muse pur et dur qui s'est pris à imiter queen au début de l'album et on se demande pourquoi même si c'est leur droit. Les 3 derniers morceaux sont sûrement les plus intéressants musicalement parlant mais je reste toujours un peu gêné par leurs emprunts à la musique classique (toujours dans le Chopin ou le Rachmaninov d'ailleurs) parce qu'à la fois je trouve ça pas mal et à la fois je trouve ça facile. Mais au moins il n'a pas l'air nul au piano le monsieur qui chante! Pour finir, je me demande ce que l'ensemble apporte par rapport au dernier album si ce n'est qu'on y retrouve Muse exactement comme on les y avait laissés. Je tiens à signaler que j'ai été un grand fan de Muse sur leur premier album et après j'ai moins aimé quand ils ont commencé à faire des morceaux de plus en plus lourds dans le son parce que je trouve qu'ils en font trop maintenant. Mais ça reste agréable dans l'ensemble malgré tout...

petite fleur a dit…

Justement, je trouve cet album moins lourd, et comme j'ai préféré Black holes and revelations (très lourd)... j'accroche un peu moins :-) Quelques facilités, oui, mais ça fonctionne, et c'est ça qui est bien. Ils ont beau verser là dedans, ça surprend et ce n'est pas mauvais.

La liseuse a dit…

Si il n'y avait pas eu la voix reconnaissable entre mille de Bellamy, je n'aurais pas reconnu le groupe sauf peut-être sur MK Ultra et Unnatural selection. La patte y est indéniable. Aux premières écoutes, j'étais plutôt perplexe mais maintenant je l'écoute en boucle sans problème. Alors oui, on s'éloigne de ce qui a fait leur succès mais j'avoue que cet écart (si l'on peut dire) est très sympathique pour mes oreilles.

petite fleur a dit…

Je n'ai pas encore eu l'occasion de l'écouter plusieurs fois, mais je pense m'y faire :-)
J'ai néanmoins une préférence pour le Muse plus lourd de "Black Holes and Revelations". Mais il est tout à fait normal qu'ils évoluent et changent, essaient d'autres voies...

pascal a dit…

Je ne trouve pas trop que ça s'éloigne pour ma part, je dirais même que c'est très similaire au précédent de près ou de loin. En fait, je ne vois pas trop quelle nouvelle voie ils auraient étudiée à part essayer de faire Queen sur un titre. Ca reste agréable à écouter malgré tout.

petite fleur a dit…

Ça reste du Muse, mais dans la mesure où la première écoute fait un choc, c'est bien que quelque chose de différent apparaît, non ?