ShareThis

18 mai 2018

Hostiles, de Scott Cooper

Film américain de Scott Cooper, sorti le 14 mars 2018, avec Christian Bale, Rosamund Pike et Wes Studi.

L'histoire : En 1892, le capitaine de cavalerie Joseph Blocker, ancien héros de guerre devenu gardien de prison, est contraint d’escorter Yellow Hawk, chef de guerre Cheyenne mourant, sur ses anciennes terres tribales. Peu après avoir pris la route, ils rencontrent Rosalee Quaid. Seule rescapée du massacre de sa famille par les Comanches, la jeune femme traumatisée se joint à eux dans leur périple.
Façonnés par la souffrance, la violence et la mort, ils ont en eux d’infinies réserves de colère et de méfiance envers autrui. Sur le périlleux chemin qui va les conduire du Nouveau-Mexique jusqu’au Montana, les anciens ennemis vont devoir faire preuve de solidarité pour survivre à l’environnement et aux tribus comanches qu’ils rencontrent.

Mon avis : Contrairement à ce que je craignais après avoir vu la bande annonce, nous ne sommes pas ici face à un western d’action classique et sans grand intérêt. En basculant vers l’introspectif, le réalisateur Scott Cooper réussit son pari et se démarque. Les personnages ont le temps de changer, les grands espaces portant à la réflexion.

La conquête de l’Ouest se termine et les soldats sont renvoyés à la vie civile. Pour ceux qui ont investi toute leur vie dans l’armée, comme le capitaine Blocker, le changement s’annonce rude. D’autant qu’on le contraint à raccompagner sur ses terres et à rendre sa liberté à un chef indien et sa famille. Le chef Yellow Hawk fut un ennemi juré pour la capture duquel il a perdu plusieurs de ses hommes qu’il se plaisait à considérer comme des amis. Le voyage qui va les mener du Nouveau Mexique au Montana sera l’occasion pour le spectateur d’en prendre plein les yeux devant les magnifiques paysages utilisés comme décors et le travail de photographie splendide et pour les protagonistes de réfléchir à qui ils veulent être.

Les batailles ont été sanglantes et impitoyables des deux côtés. Le capitaine et le chef indien se ressemblent bien plus que Joe Blocker n’est prêt à l’admettre. Il n’y a pas de différence à faire entre les natifs et les nouveaux américains, tous ont fait dans l’atrocité la plus terrible. Et les deux opposants arrivent fatigués voire hantés par les crimes qu’ils ont été amenés à perpétrer, à se demander si tout cela en valait la peine. Une fois ce constat posé, comment sortir de ce contexte martial si aucun ne veut faire le premier pas ? Le monde nouveau qui s’annonce ne les attendra pas et se fera sans eux s’il le faut. Au capitaine et au chef indien de trouver la place qu’ils souhaitent y occuper.

Christian Bale est parfait dans ce rôle de taiseux, où juste un brin de moustache qui remonte ou un sourcil qui se fronce en dit beaucoup. On sent que ça bouillonne au fond de lui. Comme chaque protagoniste, son personnage se retrouve confronté à d’autres versions de lui-même, à ce qu’il pourrait ou aurait pu devenir. La haine, l’espoir, la désillusion, le remord… chacun est rongé par son mal et doit décider de son propre destin. Les premières minutes du film sont sanglantes au possible, sans que le film ne sombre pour autant dans la gratuité ou la facilité. Cela illustre juste que la violence surgit n’importe quand et peut sonner la dernière heure à tout moment.

J'ai beaucoup aimé ce film qui nous transporte au plus profond de l'âme humaine, à ce qui fait l'être humain lorsqu'il est confronté aux pires atrocités que son espèce sait si bien générer. Deux petits bémols cependant : je n’ai pas compris l’intérêt de mettre un jeune soldat français (Timothée Chalamet dont tout le monde parle en ce moment) dans cette équipe et Rosamund Pike est un peu trop propre sur elle dans la deuxième partie du film.

2 commentaires :

dasola a dit…

Bonjour La chèvre grise, j'ai aimé ce film aussi pour l'histoire, les paysages. Les comédiens sont bien même Rosamund. Concernant, le jeune Chalamet, il ne fait qu'une apparition. On passe. Bon dimanche.

La chèvre grise a dit…

@ dasola : C'est sur que Chalamet on ne ne voit pas longtemps :)