Alabama 1963 [Ludovic Manchette et Christian Niemiec]

Les auteurs : Traducteurs de films et de séries américaines, Ludovic Manchette et Christian Niemiec, français, écrivent ici leur premier roman à quatre mains.

L'histoire : Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d'une fillette noire est retrouvé. La police s'en préoccupe de loin. Mais voilà que d'autres petites filles noires disparaissent...
Bud Larkin, détective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d'enquêter pour le père de la première victime.
Adela Cobb, femme de ménage noire, jeune veuve et mère de famille, s'interroge : "Les petites filles, ça disparaît pas comme ça..."
Deux êtres que tout oppose. A priori.

Mon avis : Voici un roman largement vu sur la blogosphère qui me tentait depuis longtemps. Il m'aura fallu attendre qu'il soit disponible à la bibliothèque pour pouvoir le découvrir. Et j'ai tout de suite plongée dans cette ambiance du Sud des États-Unis, ségrégationniste, dans laquelle des viols et meurtres de petites filles noires n'émeuvent guère les autorités. Il faudra qu'un ancien flic blanc, devenu détective privé, accepte d'enquêter pour une des familles de victime pour espérer que la situation évolue.

La plume est fluide, la construction en chapitres courts entraîne le lecteur à continuer sa lecture, l'ambiance est bien posée, pesante et on sent la tension et la force des préjugés entre les deux communautés, même lorsque les individus ne sont pas antipathiques les uns envers les autres. La société blanche et ses règles, la peur du Klu Klux Klan, font que les Noirs ne peuvent accepter aucune main tendue. Et certains Blancs ne sont pas racistes par conviction mais ne se sont tout simplement jamais posé de questions sur la vie imposée aux Noirs. Il n'empêche, le duo improbable Adela - Bud est attachant alors que tous les oppose.

Si j'ai passé un bon moment de lecture, indéniablement, celle-ci n'est pas pour autant dénuée de défauts : le personnage du Bud est caricatural et surtout le dénouement ne doit tout qu'à des visions, comme si les auteurs ne savaient pas comment orienter leurs enquêteurs vers la solution du problème. L'enquête en fait, n'est pas très intéressante, reconnaissons-le. Et, en toute franchise, La couleur des sentiments de Kathryn Stockett est bien mieux écrit sur le même thème.
 
Une lecture bien sympathique mais un peu trop légère à mon goût. Avec un peu plus de profondeur, ça aurait pu être un vrai coup de cœur.

Alabama 1963, de Ludovic Manchette et Christophe Niemiec
Éditions du Cherche Midi
Août 2020

Commentaires

Alex Mot-à-Mots a dit…
Je reste donc sur mon bon souvenir de La couleur des sentiments.
La chèvre grise a dit…
@Alex Mot-à-mots : tu peux :)
Stephie a dit…
Il sort en poche tantôt, il me semble. Ce sera sans doute l'occasion pour moi ;)
Anonyme a dit…
Une lecture qui date de quelques années déjà et j'en ai gardé un bon souvenir.
Je suis d'accord avec toi sur "La couleur des sentiments".
Syl.