ShareThis

23 juin 2009

J'irai cracher sur vos tombes [Boris Vian]

Soie nous propose, pour le 50e anniversaire de la mort de Boris Vian, de publier un petit billet sur une de ses oeuvres.

L'auteur : Boris Vian est né en 1920 dans les Hauts-de-Seine et mort le 23 juin 1959 à Paris. Il était écrivain bien sûr, mais également ingénieur de l'École centrale, inventeur, poète, parolier, chanteur, critique et musicien de jazz (on s'en rend d'ailleurs bien compte dans L'Écume des Jours). Il a également écrit sous le pseudonyme de Vernon Sullivan. C'est d'ailleurs le cas de ce roman-ci.

L'histoire : se déroule dans le sud des États-Unis. Lee Anderson, homme né de parents noirs mais à la peau blanche, arrive dans une ville et entre dans un groupe d'amis blancs qui ne pensent que fêtes et débauche de sexe. Il joue un double jeu avec ceux-ci, paraissant aimable mais ne songeant qu'à se venger par tous les moyens possibles.


Mon avis : J'ai également, dans ma jeunesse, lu L'Écume des Jours. Mais j'ai choisi J'irai cracher sur vos tombes parce que ce roman est plus noir, plus cynique, plus violent et plus étonnant à mon goût que le premier. En effet, ce roman est pour le moins dérangeant. Je défie qui que ce soit de rester insensible à sa lecture. Le style, bien que très différent de L'Écume des Jours qui n'est que poésie de l'amour, malgré la fin tragique, reste très reconnaissable. Ici, la poésie des mots est au service de la haine. Une haine déguisée et latente. L'auteur essaime partout, par petites touches, des détails qui laissent le lecteur supposer que le but recherché par Lee Anderson n'est pas celui qu'il affiche à l'identique de sa bande d'amis. Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir, mais je ne peux que vous conseiller de lire ce roman !

4 commentaires :

Soie a dit…

Je suis absolument fascinée par les multiples facettes de cet auteur, qui avait de nombreux dons artistiques et écrivait dans des registres très divers.
J'ai choisi un Vernon Sullivan aussi, mais beaucoup plus léger.
Merci beaucoup d'avoir pris le temps de participer, parce que je n'avais pas prévenu longtemps à l'avance.
Et ton billet me donne très envie de découvrir ce livre.

petite fleur a dit…

Et merci à toi de nous avoir donné cette idée :-)

Marie a dit…

J'aime beaucoup l'oeuvre de Boris Vian, mais je n'ai pas pu digérer ce roman !!! Trop violent, haineux et "jusqu'au boutiste", démesuré à mon goût. J'ai eu du mal à me remettre d'une telle lecture !

petite fleur a dit…

Il est certain que ce roman ne laisse pas indifférent. Mais c'est ce que j'aime en lecture, quand je me sens emportée, choquée, remuée, émue, déstabilisée ... J'avoue n'avoir pour l'instant lu que ce roman et L'Ecume des jours, qui sont très différents. J'aime beaucoup les deux, mais le côté trop bizarre du dernier m'avais un peu rebuté au début. Ce n'est pas facile d'accepter que des souris peuvent sortir du robinet :-)))