ShareThis

23 août 2009

Harlequinades, première partie

Les auteurs :
- Kate Little pour Un automne à New York. Son vrai nom semble être Anne Canadeo. Elle a travaillé pour le Environnement Reporter puis pour la chaîne Sun News à Minneapolis, puis rédactrice en chef chez Dell Publishing. Elle se lance elle-même dans l'écriture en 2000 et est aujourd'hui l'auteur de plus de 30 livres.
- Lois Faye Dyer pour Seconde chance. Ayant grandi dans un ranch du Montana, en Californie, sur les rives du lac Okoboji dans l'Iowa notamment, elle a fait d'abord une carrière juridique avant d'écrire son premier roman puis de se consacrer totalement à l'écriture.

Les histoires :
- Un automne à Blue Lake : Lasse de la vie stressante et futile qu'elle mène à New York, Rachel décide de s'installer à Blue Lake, une petite ville tranquille. Là, au coeur des paysages somptueux du Vermont, elle va enfin pouvoir élever son fils de neuf mois dans de bonnes conditions et prendre un nouveau départ. Peu de temps après son arrivée, elle fait la rencontre de Jack Sawyer, un homme séduisant et mystérieux pour lequel elle éprouve tout de suite une attirance irrépressible. Mais alors qu'elle commence à s'attacher à lui et à envisager un avenir commun, elle découvre que Jack lui cache bien des choses. Des non-dits et des secrets qui pourraient bien venir bouleverser tous ses rêves de bonheur...
- Seconde chance : Lily ne s'explique toujours pas pourquoi elle a accepté de revoir Justin Hunt. Ne l'a-t-il pas brutalement abandonnée un an plus tôt, la laissant seule et malade de chagrin ? D'abord sur ses gardes, elle découvre pourtant, à sa grande surprise, que le play-boy arrogant et sombre d'autrefois s'est transformé en un homme délicat et plein d'attention. Peu à peu, elle se laisse de nouveau séduire et prend conscience qu'en réalité, elle n'a jamais cessé de l'aimer. Jusqu'à ce qu'elle découvre ses véritables motivations...

Mon avis : Dans le cadre des Harlequinades 2009, voici le roman que j'ai choisi. Comme beaucoup de celles et ceux qui ont accepté de relever ce défi, je me suis laissée séduire par un 2 en1, ce qui permet d'autant plus facilement la comparaison ! Et là, oulalala ! Alors, ces deux harlequins en quelques points, ça donne :

1/ Où les descriptions tiennent une place très importante ! L'idée derrière est de faire en sorte que n'importe quelle lectrice (soyons sérieux, aucun homme ne peut lire ça !) s'identifie le plus facilement possible. Donc, l'héroïne est belle (forcément), intelligente (forcément), et patati et patata, mais par contre on ne s'attarde pas à nous dire si elle est grande, mince, avec des formes, blonde, brune, les cheveux longs ... Idem pour les lieux : ils sont toujours paradisiaques, et tout est joli et beau et magnifique et superbe et (qui a dit "bisounoursland" ???)... mais toutes les caractéristiques américaines sont gommées au maximum. Les noms de villes sont pour la plupart inventés. Toujours dans l'idée de dire à la lectrice "tu es toi-même l'héroïne !" Il en va de même pour la psychologie des personnages qui se limite en général à : "non, je ne lui sauterai pas dessus, ça ne se fait pas, non, non, non. Aaaaah zut je lui ai sauté dessus ! Mais qu'est ce qui m'a pris ? Je ne suis pourtant pas amoureuse ! Ah, si peut être...

2/ Il ne sert à rien d'être un homme riche et beau pour réussir à séduire la femme de son choix. C'est vrai quoi, les femmes ne regardent pas le physique, et surtout ne tombent pas en pamoison devant le premier venu, dont elles ne connaissent rien, sur le simple prétexte qu'il est beau comme un dieu. Non, il faut attendre qu'il sourit, dise bonjour, tende la main...
"Rachel retint son souffle. De nouveau, il lui offrait la vue de son superbe corps, et sous un angle encore plus intéressant." (p°28) Vous noterez à quel point nous sommes déjà avancées dans l'histoire... :-)
Et puis l'argent c'est tellement démodé, ça sert juste à couvrir sa dulcinée de fleurs tous les jours, à acheter la maison d'en face que les voisins n'avaient pas l'intention de vendre (m'enfin quand on offre 4 fois la valeur, forcément...) juste pour harceler, pardon je voulais dire charmer sa promise, ou encore à l'aider s'en qu'elle en prenne conscience parce qu'elle a des ennuis financiers et que bien sûr, l'homme réussit à avoir des prix par ses fournisseurs.

3/Où il ne sert à rien d'être honnête. D'abord, parce que si on arrive tout de go en disant à une demoiselle "bonjour madame, vous vous êtes faite inséminer artificiellement avec mon sperme, qu'en fait je ne voulais pas donner, et votre fils est également mon fils donc je viens chez vous pour savoir si vous êtes une bonne mère", forcément, ça passe mal ! Il vaut mieux la jouer mystérieux, j'ai un secret mais je ne peux pas vous le révéler... Et puis l'honnêteté, franchement, ça casse tout le mystère !

4/ Parce que oui, le suspens est insoutenable ! Vous, lectrice, vous savez juste dès le début qui est qui, qui cache quoi et, puisqu'il n'y a qu'un seul homme et qu'une seule femme, qui couchera, pardon finira par se marier avec qui. Mais franchement, le reste, vous n'en avez aucune idée. Que peut-il bien se passer d'autre, laissez moi réfléchir... ah ! oui ! Combien de temps la demoiselle va-t-elle soupirer et résister : 1, 2 ou 3 jours ?

5/ Où les préjugés ne font pas loi. La preuve rien qu'avec une petite citation :
"Au fond, elle n'était pas étonnée. A sa façon de s'habiller, on devine que Jack Sawyer était plus à l'aise sur un chantier de construction que dans un bureau" (p°25).
C'est vrai qu'un jean et un tee-shirt, même si par dessus on trouve un pull en cachemire ou un blouson en cuir, ça ne peut être porté que par un ouvrier en batiment qui a du mal à trouver des contrats pour vivre dans la vie et qui passe son temps à jeter son argent par les fenêtres.

6/ Où on fait l'apologie de l'émancipation de la femme. Celle-ci peut faire un bébé toute seule (Goldman sors de ce corps !), et subvenir à ses besoins. Bon, après il faut reconnaître qu'un homme ne serait pas de trop pour : faire la vaisselle, ranger, retaper la grange, appeler le médecin, ... pendant que la femme respire enfin après une dure journée de labeur. Il faut dire que ce n'est qu'une faible femme, qui inspire la pitié. Rendez-vous compte, la pauvre. Elle ne peut pas penser à son business et à tenir sa maison en même temps, tout ça en donnant la priorité à son enfant. C'est trop compliqué. Bon, en plus, il faut dire qu'elle ne pense qu'au sexe :
"[...]Je vous prêterai des draps et une serviette de toilette...
Elle se sentit rougir. C'était embarrassant de parler de draps et de matelas avec Jack. Ces mots faisaient naître des images terriblement excitantes..." (p°116).

Tout ça pour vous dire que je me suis bien amusée. La différence que je fais entre cette littérature et celle comme Musso ou Levy, c'est que le lecteur sait, bien avant d'avoir lu une seule ligne, ce qu'il a entre les mains. Il n'y a pas tromperie sur la marchandise, Harlequin n'a jamais joué dans la catégorie "littérature intelligente". Ça a un côté niais, mais c'est ça qui est amusant, et dont certaines raffolent tout en refusant de l'assumer. Car, reconnaissons le, nous sommes beaucoup à avoir apprécié ce défi, et à bien rigoler (mais quand même pas au point de ne lire que ça !).


Le principe des Harlequinades (que nous propose Chiffonnette et Fashion, merci à elles) est celui-ci : lire un ou plusieurs Harlequins, dans n'importe quelle collection et lui consacrer un billet mettant en perspective les aspects littéraires, sociologiques, géopolitiques ou culinaires de l'affaire.


4 commentaires :

La liseuse a dit…

Le suspense n'est pas le fort de la romance, ça c'est sûr mais ça n'enlèvre rien à son charme ^^

pom' a dit…

Il y a des levy et Musso qui feraient de très bons Harlequins, je lis l'arbre aux secrets qui est une histoire d'amour très sympa, un peu plus dévelloppé qu'un harlequin mais à thème unique : l'amour.

La chèvre grise a dit…

Si tu mets Lévy et Musso au niveau des Harlequins, version plus travaillée, nous sommes d'accord. Mais je ne suis pas sûre que tout le monde partage notre avis...

Pimpi a dit…

Oui, assumons le plaisir de lire des romans Harlequin!!! C'est tellement rafraichissant !!!!