ShareThis

12 avril 2010

1984 [George Orwell]

L'auteur : George Orwell, de son vrai nom Eric Arthur Blair, est un écrivain anglais né en juin 1903 en Inde et mort en janvier 1950 à Londres. Son roman le plus célèbre, 1984, paru en 1949, est un roman d'anticipation.

L'histoire : L'histoire se déroule en 1984. Depuis les années 50, le monde est divisé en 3 blocs : l'Océania, l'Eurasia et l'Estasia, en guerre perpétuelle les uns contre les autres, dirigés par des régimes totalitaires différents. Winston est un habitant de l'Océania qui travaille au ministère de la Vérité où il falsifie les archives pour qu'elles correspondent à la volonté de Big Brother. Il commence à développer des pensées révolutionnaires et cherche à les cacher. Jusqu'à ce qu'il rencontre Julia...

Mon avis : Roman culte de l'anticipation, il traînait sur mes étagères depuis un moment jusqu'à ce que je me décide. L'idée en est très originale : clairement inspiré du système communiste soviétique et du nazisme, Orwell nous décrit un monde où la technologie est au service du totalitarisme le plus arbitraire, où personne n'a la moindre chance d'exister car c'est l'être humain dans sa plus simple expression que Big Brother cherche à broyer, en transformant l'Homme en machine : mise en avant d'un bouc émissaire à l'origine de tous les maux, destruction de la langue, de la logique et donc de la réflexion et de toute forme de pensée construite, culte de la personnalité et reprise de l'Histoire...
Big Brother est le chef de l'État, incarnation du parti, celui qui surveille tout le monde par l'intermédiaire d'affiches ou de "télécrans" comme le montre la maxime "Big Brother is watching you".
Néanmoins, le style est lourd, vieillot et j'ai eu beaucoup de mal à suivre et à me sentir impliquée. Une grande partie de la technologie d'écrite dans les années 50 par Orwell est arrivée et pourtant le monde qu'il décrit reste très loin du nôtre. Il est dès lors difficile d'adhérer complètement à son histoire. J'avoue avoir été à la limite de l'abandon...

A noter que Big Brother est passé dans le langage courant et indique de nos jours l'état policier et tous les systèmes de surveillance qui vont avec.

15 commentaires :

keisha a dit…

Ah bon? je l'ai lu il y a trop longtemps pour savoir ce qu'il en est. Mais c'est vraiment un classique à lire, non?

petite fleur a dit…

Ah oui, un classique à lire, ça je ne le nie pas ! Et puis, tellement de choses de nos jours y font référence que ce serait dommage de passer à côté.

Bouh a dit…

Je l'ai dans ma pal mais je rechigne à le commencer car je doute qu'il me plaise pour les raisons que tu invoques : un bouquin un peu dépassé !

petite fleur a dit…

Oui, mais comme c'est un classique et tellement à la base de la réflexion sur notre société actuelle, que ce soit avec la vidéosurveillance ou la télé réalité, c'est difficile de passer à côté...
À toi de trouver le courage à un moment :-) Je crois qu'on a toutes ce problème là avec certains classiques...

Alex-Mot-à-Mots a dit…

Lu quand j'étais ado, je ne me rappelais pas que le style était si lourd.

gruikman a dit…

Je ne l'ai pas lu et je n'en ai pas envie pour la même raison qui fait que j'ai du mal à lire ou relire certains Asimov qui ont pris un coup de vieux je trouve! Même s'il faut lire ces classiques parce qu'ils sont très bien, je vous conseille aussi de lire des livres contemporains d'anticipation parce qu'il y a encore quelques bons écrivains dans le genre. Par ex, Rainbows End de Vernor Vinge qui entrevoit notre futur direct: c'est un livre complexe et subtil quoique très abordable qui traite de nombreux sujets liés à internet, à l'information et à notre humanité de manière plus ou moins inquiétante!!

petite fleur a dit…

Rien n'empêche de lire l'un et l'autre :-)

Kali a dit…

J'avais commencé ma lecture il y a quelques années et j'avais abandonné au bout d'une cinquantaine à cause du style, qui m'empêchait vraiment d'accrocher.
J'ai retenté l'an dernier et là, aucun frein, rien, j'ai été happée et frappée, du début à la fin, et j'ai trouvé le roman magistral.

petite fleur a dit…

Comme quoi, les lectures dépendent vraiment du moment de la rencontre avec le lecteur. Un état d'esprit, un vécu différent et la lecture est différente...

Marie a dit…

J'avais adoré ce livre mais je l'ai lu lorsque j'étais ado. Effectivement peut-être qu'il a un peu vieilli...

George a dit…

Je l'ai lu aussi quand j'étais ado, je n'en garde pas un grand souvenir, juste que j'avais aimé, mais je crois avoir préféré "Fahrenheit 451" de Bradbury, un peu dans le même genre !

petite fleur a dit…

@ Marie et George : après, c'est peut être simplement moi qui ne suis pas réceptive :-)

Luna a dit…

Je que j'aime dans 1984 c'est qu'à chaque fois que je le lis, je sors de cette lecture totalement bouleversée : il est tellement crédible... j'ai l'impression qu'à chaque relecture, je découvre une nouvelle facette à l'histoire.
Je trouve ce livre d'une force incroyable !

Après on aime ou on aime pas, mais je pense que la plupart des lecteurs (qui aiment ou non) seront d'accord pour dire que c'est un livre à lire :)

Petite Fleur a dit…

@ Luna : là, je suis d'accord avec toi, ne serait-ce que parce que c'est un classique qui a marqué son temps, la conception des évolutions (diverses et variées) que l'on peut avoir et puis la littérature également.

totorosreviews a dit…

je comprends qu'il faille le lire car l'univers dépeint par l'auteur est vraiment bien travaillé mais en dehors de ça je n'ai pas été particulièrement emballée.. je trouve qu'il manque quelque chose