ShareThis

21 mai 2010

Mademoiselle Else [Arthur Schnitzler]

L'auteur : Arthur Schnitzler est un écrivain et médecin autrichien, né à Vienne en mai 1862 et mort en octobre 1931.
Ses œuvres ont été très controversées, notamment à cause de leur description franche de la sexualité et de leur opposition à l'antisémitisme. Sa nouvelle Traumnovelle a été adaptée par Stanley Kubrick dans Eyes Wide Shut.

L'histoire : Une jeune fille de la bourgeoisie viennoise, en villégiature avec sa tante dans un palace italien, apprend que son père, ruiné à la suite de malversations financières, ne pourra être sauvé du déshonneur et de la prison que si elle parvient à soutirer à un ancien ami de la famille, le marchand d'art Dorsday, une somme importante. Celui-ci lui promet l'argent à la condition qu'il puisse la contempler nue.

Mon avis : L'avis de Karine :) m'a donné envie de remettre ce court roman sur le haut de ma PAL. Sitôt pensé, sitôt fait, et j'ai profité d'un retour en train de Belfort vers Paris (4 heures tout de même, c'est long, mais ça permet de lire) pour me plonger dans cette lecture.
L'auteur prend le parti, relativement inédit pour l'époque, de nous faire suivre les pensées de notre héroïne. Il y est habitué. Cette forme qu'est le monologue intérieur est assez déstabilisante sur les premières pages. La jeune Else, 19 ans, passe d'une idée à l'autre, sans que le lecteur voit le rapport. Tout étant écrit d'un seul bloc, sans retour à la ligne, cela parait au premier abord un peu dense. Mais très vite, on s'y fait. Et on plonge littéralement dans les pensées de notre jeune personnage, qui nous livre, avec impudeur, ses désirs exhibitionnistes et son attrait pour la mort. On sent également une volonté farouche d'émancipation, de révolte contre cette société qui l'obligera, d'une façon ou d'une autre, à un moment ou à un autre, à se vendre pour assurer sa survie.
On sent Else également avide d'amour. D'amour familial déjà : son père est un escroc qui en appelle toujours aux autres pour se sortir de mauvaises passes ; sa mère n'hésite pas à lui demander de se vendre pour sauver leur réputation, son frère est silencieux devant tout ça. D'amour tout court également : étant une jeune fille de 19 ans, elle est dans un âge propice aux fantasmes, aux rêves de prince charmant ; elle est fantasque et terriblement vivante.
Si au début, on la sent avide de faire ses griffes sur des soupirants de tous âges, insouciante, parfois à la limite de l'hystérie tellement elle passe d'une idée à une autre sans respirer, le marché qui lui est proposé la fait rapidement basculer vers des préoccupations qui ne sont plus les mêmes.
Un style terriblement vivant et qui rend l'histoire forte et prenante. Les 94 pages de ce court roman passent sans qu'on les voient. Un coup de cœur !

Objectif PAL : -50

11 commentaires :

keisha a dit…

Karine:) m'avait aussi convaincue, tu confirmes (surtout si c'est court! ^_^)

Mango a dit…

Lue il y a déjà quelque temps, j'ai beaucoup aimé! Quelle force dans ce récit! Cependant aujourd'hui se dénuder est devenu si banal!

petite fleur a dit…

@ Keisha : je t'y encourage fortement. Tu verras, ça vaut le coup.

@ Mango : je me suis fait la même réflexion que toi en terminant ce livre !

Manu a dit…

Je suis convaincue :-)

Michel a dit…

déjà lallisé, merci pour le rappel

Lilly a dit…

Ce livre a été un coup de coeur l'été dernier. Je suis contente de lire d'autres billets dessus !

petite fleur a dit…

Effectivement, j'avais lu plusieurs billets positifs qui m'avaient conduit à l'acheter...

Brize a dit…

Un texte court, mais inoubliable !

patacaisse a dit…

Cet article m'a donné envie de le lire ! Merci

Alicia a dit…

Tiens! Tu me donne vraiment envie de le découvrir ^^ si jamais je le trouve demain à la bibliothèque, je l'emprunterais !

petite fleur a dit…

J'attends vos avis à toutes :-)