ShareThis

21 juin 2010

Les lieux sombres [Gillian Flynn]

L'auteur : Gillian Flynn est une américaine, auteur et critique de télévision.

Les lieux sombres est son second roman.

L'histoire : Début des années 1980. Libby Day a sept ans lorsque sa mère et ses deux sœurs sont assassinées dans leur ferme familiale. Rescapée par miracle, la petite fille désigne le meurtrier à la police, son frère Ben, âgé de quinze ans. Ce fait divers émeut tout le pays, et la jeune Libby devient un symbole de l'innocence bafouée.
Vingt-cinq ans plus tard, alors que son frère est toujours derrière les barreaux, Libby, qui ne s'est jamais remise du drame, souffre de dépression chronique. Encouragée par une association d'un type très particulier, elle accepte de revisiter pour la première fois les lieux sombres de son passé. C'est là, dans un Middle West désolé, dévasté par la crise économique et sociale, qu'une vérité inimaginable commence à émerger. Et Libby n'aura pas d'autre choix, pour se reconstruire, et peut-être enfin recommencer à vivre, que de faire toute la lumière sur l'affaire, quelles qu'en soient les conséquences.

Mon avis : Après tant d'avis positifs un peu partout sur la blogosphère, j'avais un peu peur d'être déçue. Emportée par des lectures imposées, j'ai pu laisser le soufflé retomber et aborder ce livre avec plus de sérénité.
Un côté qui m'a fait penser à De sang froid de Truman Capote : non pas qu'il s'agisse d'un événement réel, mais le lecteur assiste ici, à la reconstitution minutieuse des heures qui ont précédé le massacre et en parallèle, il est le témoin de ce qu'il reste de Libby, seule survivante (dans De sang froid, on assistait en parallèle à la reconstitution du massacre et à la personnalité des deux tueurs). Je n'irai pas plus loin sur la comparaison dans la mesure où je n'ai pas aimé De sang froid alors que j'ai beaucoup aimé celui-ci !
On alterne entre des chapitres de Libby de nos jours, Ben et Patty, la mère. Grâce à Ben et à Patty, on découvre, presque heure par heure, le déroulement de la dernière journée, avant le massacre. Le lecteur prend conscience de comment les éléments se sont enquillés pour arriver à une telle horreur, mais avec habileté, l’auteur ne se prive pas de l’orienter vers de fausses pistes.
En parallèle, Libby mène son enquête. Un peu contrainte et forcée, au début, n'y ayant qu'un intérêt financier, désabusée, sans honte et sans complexe, complètement paumée, en manque d'argent, elle en devient terriblement attachante, bien que pas charismatique pour deux sous. Petit à petit, malgré ce qu'elle en dit, on la sent de plus en plus attachée à découvrir la vérité. Pour elle, pour savoir exactement ce qui s'est passé par rapport à ce dont elle semble se souvenir. Pour son frère aussi, et la possibilité de le sortir de prison, peut-être…
Je m'attendais à un récit terriblement sombre vu le contexte, l'histoire et le cadre. En fait, pas tant que ça. Le personnage de Libby amène beaucoup de légèreté et de fraîcheur : du fait du récit à la première personne sur les chapitres la concernant, elle est franche, nous révélant ses travers, que ce soit sa cleptomanie, le fait qu'elle ne sache pas tenir une maison ni même trouver (et encore moins garder) un travail, en bref, incapable de s'intégrer dans la société. Mais elle est douée pour la formule qui fait mouche et pour comprendre les paumés comme elle avec qui elle doit discuter. Du coup, nous ne sommes pas dans une analyse chirurgicale d'un massacre. On sent l'émotion que Libby tente de cacher et de refouler, par peur de ne pas survivre à ce qui lui est arrivé.
La condition sociale de la famille Day n'est jamais décrite réellement, mais par petites touches, l'auteur nous fait comprendre à quel point nous sommes proches de la misère la plus totale : des couvertures de l'armée du salut, des habits qui vont de l'aîné Ben à la dernière petite sœur, complètement déformés, les créanciers qui viennent frapper à la porte, les courses qui sont apportées par la tante, les repas du midi qui sont pris gratuitement à la cantine, devant tous les autres enfants. Si les jeunes filles ne se rendent compte de rien, Ben, lui, en prend conscience et, aux prises avec les tourments de l'adolescence, le vit très mal. Ce malaise augmente au fil des pages.
Un livre vraiment bien fichu, bien construit, qui, une fois commencé, ne peut plus être lâché. Les personnages sont justes, les éléments se mettent peu à peu en place et révèlent la vérité terrible.

Un grand merci à Solène de chez Sonatine, et bravo à cette maison d'éditions qui me surprend toujours par la qualité de ses choix !

Objectif PAL : -57

15 commentaires :

Lalou a dit…

Et hop, encore un qui rejoint mes pense-bête -_-"

Voilà un thème qui me parle, bizarrement. Je n'aurais pas pensé que ca pouvait me plaire, mais ta critique est encourageante, donc... je note :)

zarline a dit…

Déjà repéré plusieurs fois sur la blogosphère. Ton billet en rajoute une couche. Résultat: j'ai très envie de découvrir ce livre.

Ys a dit…

J'ai adoré aussi. Mon mari est en train de le lire, dommage pour lui qu'il doive aller travailler !

Canel a dit…

Oh oui, une mine, cette maison d'édition ! on a bcp aimé celui-ci !

petite fleur a dit…

@ Lalou : n'hésite pas, je ne suis pas la seule à avoir eu beaucoup de plaisir à cette lecture.

@ Zarline : oui, il a plu à beaucoup.

@ Ys : exactement ce que je disais récemment à Solène : dur de la lâcher pour descendre à la bonne station de RER et aller travailler :-)

@ Canel : Sonatine fait vraiment des choix intéressants. Ce ne sont pas toujours des coups de coeur, mais c'est toujours différent en tout cas.

Lilibook a dit…

Inscrit à ma lal depuis sa sortie celui-ci.

Choupynette a dit…

j'ai beaucoup apprécié son premier roman Sur ma peau. Je compte bien lire celui-ci prochainement.

alinea a dit…

j'ai aimé aussi cette lecture du debut jusqu'à la fin.

petite fleur a dit…

@ Lilibook : je te conseille de le faire passer de ta LAL à ta PAL.

@ Choupynette : je ne connais pas son premier roman. Mais si je tombe dessus, je n'hésiterai pas.

@ Alinea : Oui, on entre très vite dans l'histoire et on ne décroche pas avant la fin.

Brize a dit…

Je crois que je l'ai lu-ressenti exactement comme tu le décris !
"Un livre vraiment bien fichu, bien construit..." : oui, je te rejoins sur tout !

Leiloona a dit…

Je ne connais pas encore cette maison d'éditions, mais tout le monde en dit le plus grand bien. :)

petite fleur a dit…

@ Brize : Une lecture qui n'en a pas laissé beaucoup indifférent.

@ Leiloona : ce sont eux qui ont publié "Seul le silence", "Les visages", entre autres...

Alex-Mot-à-Mots a dit…

Peu d'avis défavorable pour ce roman. Mais c'est compréhensible.

petite fleur a dit…

Oui, il fait l'unanimité.

Clara a dit…

Un livre voyageur qui doit faire une étape chez moi...