ShareThis

13 mai 2012

Le chien gardien d'étoiles [Takashi Murakami]

L'auteur : Né en avril 1965 à Osaka, Takashi Murakami commence sa carrière de mangaka à seulement 20 ans.

L'histoire : L’histoire commence par la découverte des corps sans vie d’un homme et de son chien, dans une carcasse de voiture. Fait étrange, la mort de l’homme remonte à plus d’un an, celle du chien à trois mois à peine. Flashback... Un petit employé japonais au chômage offre un chiot à sa fille. Bientôt sa femme divorce. L’homme, qui n’a plus rien, part sur les routes, accompagné, dans ce qui sera son dernier voyage, par son seul et unique ami, le chien. 2e partie : un jeune assistant social, chargé de disposer des corps découverts, décide de retracer la vie de ces deux êtres, jusqu’à leur déchéance finale. Il se remémore alors sa propre histoire avec le chien de son enfance.

Mon avis : Je suis tombée sur ce manga one shot un peu par hasard. Et ce que j’ai aimé, c’est justement le fait que l’histoire tienne en un seul volume. Ca permet à l’auteur de faire passer une émotion douce en toute finesse. Si j’ai eu l’impression que l’histoire était longue à démarrer, j’ai de toute façon vite plongée dans l’ambiance touchante de l’histoire de cet homme abandonné par sa famille et que seul son chien suit dans son dernier voyage. L’histoire d’une amitié indéfectible. Et bien vite, on se rend que c’est justement pour ça que l’auteur prend son temps, pose son personnage, y attache le lecteur.
Puis vient la seconde histoire, où un jeune assistant social va découvrir la première. Et se remettre en question personnellement. C’est le chien, justement, qui est le vecteur du récit. C’est beaucoup à travers les yeux de l’animal qu’on voit le comportement des humains dans cette société individualiste. On pourrait reprocher la qualité des dessins, peut être pas tout à fait à la hauteur du récit, ainsi qu’une transition un peu maladroite entre les deux histoires. Mais il n’en reste pas moins un manga que je vous recommande pour une narration juste et touchante, sans verser dans le mélo.


2 commentaires :

Loesha a dit…

Ca à l'air sympa comme histoire, ça me rapelle un peu "Tombouctou" de Paul Auster que j'avais bien aimé !
Pour le coup si tu veux bien me le prêter, je suis preneuse :)

enna a dit…

J'avais trouvé cette histoire très poétique!