ShareThis

18 novembre 2012

Pour seul cortège [Laurent Gaudé]

L'auteur : Laurent Gaudé est un écrivain français né en juillet 1972, lauréat du prix Goncourt en 2004.

L’histoire : En plein banquet, à Babylone, au milieu de la musique et des rires, soudain Alexandre s’écroule, terrassé par la fièvre.
Ses généraux se pressent autour de lui, redoutant la fin mais préparant la suite, se disputant déjà l’héritage – et le privilège d’emporter sa dépouille.
Des confins de l’Inde, un étrange messager se hâte vers Babylone. Et d’un temple éloigné où elle s’est réfugiée pour se cacher du monde, on tire une jeune femme de sang royal : le destin l’appelle à nouveau auprès de l’homme qui a vaincu son père…
Le devoir et l’ambition, l’amour et la fidélité, le deuil et l’errance mènent les personnages vers l’ivresse d’une dernière chevauchée.
Porté par une écriture au souffle épique, Pour seul cortège les accompagne dans cet ultime voyage qui les affranchit de l’Histoire, leur ouvrant l’infini de la légende

Mon avis : J’avais beaucoup apprécié ma lecture du Soleil des Scorta et donc assez envie de découvrir un autre titre de l’auteur. Les matchs de la rentrée littéraire de Price Minister m’ont offert cette occasion avec Pour seul cortège. J'avoue ne pas avoir particulièrement lu la 4e de couverture avant de me plonger dedans.
Ce qui surprend toujours quand on ouvre un livre de Gaudé, c'est le style, qui ne ressemble à rien d'autre. J'avais eu la même sensation dans ma précédente lecture d'un vrai souffle épique, comme le dit la 4e de couv' à juste titre cette fois. Gaudé a indéniablement une plume, une maîtrise du verbe et de la phrase. Pourtant, à feuilleter comme ça le livre, on pourrait être rebuté : un petit aspect "gros pavé sans paragraphe, à la Proust" qui inquiète. Mais Gaudé sait utiliser magnifiquement le style indirect libre dans la narration. Et il emporte le lecteur, aussi réticent qu'il soit.
Plusieurs voix s'emmêlent, ce qui est assez déstabilisant à l'entrée du roman : celle d'Alexandre, au début ; celle de Dryptéis, femme de son ami Hephaistion, qui le suivra jusqu'à la mort ; celle des différents généraux qui s'entredéchirent à sa mort, sans attendre la fin des funérailles. La polyphonie, une fois qu'on si habitue, est créatrice d'émotions et possède une grande puissance évocatrice de la nature humaine profonde.
Une vraie opposition se construit dans le récit entre l'empire qui assiste aux derniers jours d'Alexandre, le long cortège digne d'hommes qui défile à son chevet et celui des pleureuses qui va s'étioler rapidement sur le chemin vers sa Grèce natale, confronté aux ambitions humaines, ne pouvant compter que sur quelques irréductibles pour le mener là où il souhaite être réellement, en accord avec ce qu'il a été toute sa vie : un homme de décision, de courage, téméraire, un homme curieux et avide de découverte. De même, la seule voix féminine du roman, celle de Dryptéis, digne, même dans la douleur, adoucit passablement cette orgie de sang et de soif de pouvoir, comme une bulle d'espoir pour le monde à venir.
Quant à l'histoire elle-même me direz-vous ? C'est peut être là que ça pêche. Alexandre le Grand est un monstre mythique auquel il faut oser s'attaquer. Ma curiosité aura été suffisamment piquée pour que je me plonge sur Internet pour faire quelques recherches sur ce grand homme. Mais que retirer de cette lecture ? Je ne sais pas pas trop. J'ai plus l'impression d'avoir lu un poème sur une grande figure de l'Histoire . Des confins de l'Asie jusqu'à la Grèce, en passant par l’Égypte, c'est un véritable voyage onirique qui nous est proposé. On adhère ou pas, je pense qu'il n'y a pas de demi-mesure.

Donner une note n’est pas un exercice qui m’est habituel, donc la note vaut ce qu’elle vaut… mais je mettrais un 15/20.

3 commentaires :

Leiloona a dit…

J'ai aussi eu du mal à mettre une note à ma lecture pour PM ...
J'ai adoré ce Gaudé, quel style, en effet ! ;)

Nane a dit…

Je me demandais justement si tu avais déjà lu cet auteur, que j'ai découvert récemment avec Le Soleil des Scorta et Ouragan. Je suis moi aussi sous le charme de son écriture, donc très preneuse de celui-ci!
Poursuis ta lecture avec Ouragan, qui est très puissant (je peux te le preter, si tu veux)

Petite Fleur a dit…

@ Leiloona : je n'adore pas l'histoire, mais le style, oui :-)

@ Nane : ça marche, on échangera nos Gaudé :-)