ShareThis

25 janvier 2013

Le retable d'Issenheim


Ce retable, je l’ai étudié lors de mes cours de lettres modernes à la Sorbonne, notamment sur le sujet des peintres primitifs. J’avais adoré ce sujet et forcément très envie de voir cette œuvre de Matthias Grünewald (pour la peinture, car les parties sculptées sont de Nicolas de Haguenau) en vrai. Un séjour dans l’est de la France m’a donné l’occasion de faire un crochet par Colmar, au musée Unterlinden, où il est exposé. À l’origine, il provenant du couvent des Antonins à Issenheim.

La Crucifixion. Saint Sébastien à gauche, Saint Antoine abbé à droite. Dans la prédelle, la Déposition.
Le retable est composé de plusieurs panneaux qui s’ouvrent et s’articulent autour d’une partie centrale composée de sculptures. Ces panneaux sont ouverts ou fermés en fonction des fêtes et des périodes liturgiques.

Fermé, il présente la Crucifixion et saint Jean-Baptiste sur le panneau central. Les deux côtés présentent Saint Sébastien à gauche et Saint Antoine abbé à droite. En bas, sur le socle (ou prédelle), est représentée la Déposition.


La première ouverture présente, de gauche à droite, L’Annonciation, la Nativité avec un concert des anges dans lequel on remarque Satan qui ne peut s’empêcher d’y assister, et enfin la Résurrection.
La Nativité
Détail de la Nativité

Le concert des Anges pour la Nativité. On remarque à gauche Satan couronné.


Les deux volets encadrant la Nativité : La Résurrection à gauche, L'Anonciation à droite (la présentation du musée inverse l'apparence du retable lors des cérémonies).
La deuxième ouverture montre les sculptures de Nicolas de Haguenau : saint Antoine encadré par saint Augustin et saint Jérôme, les deux pères de l’église. A gauche, le volet peint représente la visite de saint Antoine à saint Paul ermite. A droite, c’est la tentation de Saint Antoine par des monstres envoyés par Satan qui est représentée. On note le détail du personnage en bas à gauche qui présente tous les symptômes du mal des ardents. Dans la prédelle, on retrouve les douze apôtres entourant le Christ, faisant le lien avec le reste de l’œuvre.
Saint Antoine et les douze apôtres dans la prédelle.

Détail de la Tentation de Saint Antoine

Ce que j'ai toujours particulièrement aimé dans cette œuvre c'est le contraste entre la noirceur, une sorte de désespoir du retable fermé par rapport à la vivacité des couleurs utilisées pour les autres éléments. Il y a des éléments relevant du fantastique et en même temps un fort ancrage dans la réalité de la vie terrestre notamment avec les symptômes de l'ergot de seigle. L'exécution des personnages également, le sens du détail... Ce retable est indubitablement une œuvre devant laquelle on s'interroge.

Site Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Retable_d%27Issenheim

Informations utiles :

Musée Unterlinden
1 rue d’Unterlinden
68 000 Colmar
Tél : 03 89 20 15 58

Tarif : entre 5 et 8€

Site du musée : http://www.musee-unterlinden.com/

2 commentaires :

Anonyme a dit…

[url=http://www.bestnikeaustore.com/#ctpn575]Nike Shoes Australia[/url] [url=http://www.lovenikenz.com/#mdqc667]Nike Shoes NZ[/url]
dqutp wqgphjdm ? lmj ab sszvz ugzp awhh :
16038026 [url=http://www.bestnikeaustore.com/#Nike-Shoes-Australia]Nike Shoes Australia[/url]

Alex Mot-à-Mots a dit…

Un retable que j'ai moi aussi étudié à la fac. Que de souvenirs....