ShareThis

25 avril 2013

Le signe de la licorne [Roger Zelazny]

Après Les fusils d'Avalon en mars, voici le tome 3 de la saga des princes d'Ambre, Le signe de la licorne, de Roger Zelazny. Avec un peu de persévérance, je tiendrai peut-être le rythme d'un tome par mois, qui me permettrait de ne pas être trop perdue dans l'histoire, sans pour autant me lasser.

L'histoire : De retour au royaume d'Ambre après avoir vaincu le prince Eric, Corwin découvre son frère Caine assassiné par de mystérieuses créatures d'Ombre, manifestement aux ordres d'un commanditaire occulte et vindicatif.
La recherche du véritable meurtrier parmi les innombrables reflets d'Ambre va conduire Corwin, confronté à mains périls et intrigues, au seuil dune révélation infiniment plus importante : la véritable nature de l'étrange royaume d'Ambre, de ses mystères et de ses contradictions.

Mon avis : Cette fois, nous sommes plongés au cœur d'Ambre, où toute la famille ou presque, est réunie. Il manque Eric, mort dans les bras de Corwin en luttant contre les forces d'Ombre. Il manque bien vite Caine, dont le corps est retrouvé par Corwin. Il manque Brand, retenu prisonnier quelque part. Et enfin, il manque ce père, mystérieusement disparu sans aucune explication.
Encore une fois, les idées sont vraiment intéressantes. Mais que c'est mal écrit ! Je pense qu'au troisième tome, je peux clairement le dire. Trop souvent, au cours de ma lecture, je me suis arrêtée en me demandant d'où venait telle réplique qui arrive comme un cheveu sur la soupe, si j'avais loupé quelque chose. En fait, non, il faut attendre la fin du paragraphe pour avoir l'explication. L'auteur a oublié de nous donner cet élément, qui n'a pourtant rien de bien particulier pour expliquer qu'il ne soit pas fourni avant. Ce n'est pas une clé de lecture qui ménage du suspense.C'est ainsi que je suis passée complètement au travars des révélations  de Corwin se rendant à Tir-na Nog’th, double céleste de la cité d’Ambre qui n’apparaît qu’au clair de lune. C'est tellement mal amené qu'on ne comprend pas ce qui se passe sous nos yeux. On pourrait s'attendre à une histoire à tiroirs, mais on a bien plus l'impression de petits rebondissement liés maladroitement, sans que l'auteur n'est une vision globale de son histoire. Alors, qu'encore une fois, les concepts de ce monde sont bien posés, eux, et intéressants.
Pour le reste, l'histoire est assez simple à suivre, malgré les luttes intestinales qui rongent cette famille, des clans se formant et se déformant au gré des alliances. Cette famille est vraiment particulière. On en apprendra plus dans ce tome sur l'ordre de succession et les choix d'Obéron, à l'origine de cette bataille pour le trône, et donc de la situation actuelle.
Encore deux tomes pour finir le premier cycle de cette saga. On verra après si je me lance dans le deuxième cycle.

Ce roman entre dans la catégorie "animal" du Petit Bac 2013 d'Enna.