ShareThis

15 août 2013

Exposition : Simon Hantaï

Je romps à nouveau mon silence estival pour vous parler d'une exposition qui se termine début septembre. Celle de Simon Hantaï.


Je dois d'abord vous dire que j'étais venue au centre Pompidou pour visiter l'exposition Roy Lichtenchtein. Le prix du billet comprend l'accès à toutes les expositions temporaires (plus les permanentes, d'ailleurs), alors nous avons fait d'une pierre deux coups. Je ne connaissais absolument pas Hantaï, et j'y suis donc allée sans a priori, sans attente, me demandant juste de quoi il était question. Et j'ai été surprise.

Une petite recherche sur le net nous apprend que Simon Hantaï est un peintre et artiste français d'origine hongroise, né en décembre 1922 et décédé en septembre 2008, connu pour le pliage de ses toiles.
L'exposition propose tout le parcours de l'artiste, dont l'oeuvre ne se limite pas à cela. Car il a été marqué par différents courants.
Simon Hantaï - Femelle Miroir II - Période surréaliste

Simon Hantaï - Période surréaliste
Les peintures de sa période surréaliste sont en relief, avec des collages de cranes de petits animaux. Aspect un peu glauque, mais compensé par des touches de couleurs vives.

Après le surréalisme, Simon Hantaï se tourne vers du all-over puis de l'abstrait.

Simon Hantaï - Période gestuelle

Simon Hantaï - Mariales

Simon Hantaï - Peinture Ecriture Rose

Et bien sûr, les fameux pliages, avec d'abord la série Catamurons et Panses, où la toile est nouée aux quatre angles en un sac informe, pliée, peinte et dépliée plusieurs fois. Puis avec les Meuns qui tiennent plus du noeud que du pliage puisqu'il s'agit de nouer les quatre coins formant une sorte de "sac fortement aplati et brutalement recouvert de peinture".

Simon Hantaï - Meun

Simon Hantaï au travail pour ses Meuns

Dans la série Etudes, il y a une équivalence entre la partie peinte et la partie laissée en blanc. La couleur est monochrone, posée sur une toile finement et régulièrement pliée et les blancs.

Simon Hantaï - Etude

Simon Hantaï - Tabula

Difficile de dire si j'aime ou pas. C'est coloré, parfois sombre, parfois vif. Mais dans tous les cas, cela intrigue, et c'est surement bien plus intéressant. On se demande comment il a pu arriver à ce résultat, ce qu'il cherche à représenter (pour la petite partie surréaliste du moins), quel outil il utilise...


Informations utiles :

Du 22 mai au 2 septembre 2013
Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 11h à 22h, nocturne les jeudis jusqu'à 23h

Centre Pompidou – Place Georges-Pompidou – 75004 Paris
Tel : 01 44 78 12 33

Tarif : de 9 à 13€ (pour un accès à toutes les expositions)
Audioguide : 5€

Site du centre Pompidou : http://www.centrepompidou.fr/fr

1 commentaires :

Loesha a dit…

En effet, tu romps ta pause... au point ou je ne pensais pas te voir écrire avant septembre ;)
Perso j'ai bien aimé voir ces super grands formats en vrai,et surtout découvrir sa période surréaliste que je ne connaissais absolument pas ! Cette période là me fait penser un peu a du Ernst sous LSD... les couleurs vives sont presque choquantes tellement c'est fluo !
En tout cas bien plus fun que Lichtenchtein ;)