ShareThis

17 septembre 2013

La tour d'arsenic [Anne B.Ragde]

L'auteur : Anne B. Ragde est une auteur norvégienne née en 1957, que j'ai découverte avec La trilogie des Neshov, que je vous conseille fortement.

L'histoire : En mourant, la vieille Malie provoque le fou rire outrancier de ses enfants. Un manque de compassion que Thérèse, sa petite-fille endeuillée, a bien du mal à comprendre. Au cœur des déchirements familiaux, il lui faudra retracer cent ans d'histoire, pour démêler le drame fracassant de trois générations de femmes et libérer le présent des silences...

Mon avis : C'est sur le seul nom de l'auteur, dont j'avais tant apprécié la trilogie, que j'ai acheté ce roman, un jour de déprime. Bah oui, quand je déprime, j'achète des livres !
On retrouve ici la plume d'Anne B. Ragde qui sait nous emporter dans les mystères de l'âme humaine, dans ces drames personnels qui déconstruisent les familles et les générations à venir, les relations empoisonnées entre les êtres.
Le roman est composé de cinq parties. On commence à notre époque, lorsque Thérèse apprend la mort de sa grand-mère et constate que sa mère et son oncle, les propres enfants de Malie, sont fous de joie. Qu'est-ce qui peut bien justifier un tel ressentiment envers cette femme ? Alors qu'elle même ne se remémore que des images affectueuses de cette grand-mère. Là où la trilogie des Neshov s'intéressait au poids du passé sur l'avenir, portait son regard sur le futur et la reconstruction d'une famille, La tour d'arsenic se tourne bien davantage vers le passé.
Le lecteur va remonter les années. D'abord avec l'histoire de Ruby, sa mère, son enfance et la naissance de Thérèse. Puis l'histoire de Mogens Christian, le beau-père de Ruby, qui le mènera à la rencontre de cette femme, Malie, dans un petit théâtre, qui le fascinera complètement. Enfin, l'histoire de Amalie, dite Malie-Thalia.

Malie-Thalia + Mogens Christian > Ruby et Ib > Thérèse

Si l'auteur a un vrai talent, notamment pour donner à ses personnages un destin et une voix propres, j'avoue avoir été davantage emportée par le récit de Ruby que par celui de Malie. Il faut dire que, après 300 pages à voir les gens la détester, il est difficile de revoir son jugement et de ressentir de l'empathie. D'autant plus que Malie a un fort caractère, est dure au mal. Certes, la vie n'est pas douce avec elle. Mais elle n'accorde aucune chance à ceux qui ne trouve pas le chemin de son cœur si bien caché. Difficile aussi de s'attacher particulièrement à un personnage, car chacun fait preuve d'égoïsme, cherche à blesser les autres. J'ai tout de même été plus touchée par la détresse de Ruby, repoussée par une mère incapable d'affection, séparée de sa meilleure amie par les atrocités de la guerre, et qui tente, comme elle peut, de s'échapper.
Une histoire familiale empreinte de douleur, de sang et de souffrance : la perte de l'innocence de l'enfance, le sang menstruel ou des avortements, les larmes des amours impossibles et perdues, l'absence de tendresse maternelle. Thérèse doit découvrir d'où elle vient, avec la certitude que tout se termine avec elle. Car ces malheurs sont portées par les femmes, comme le péché originel. Son fils Stian sera donc libre de cette malédiction qu'elle sent peser.
Peut-être un peu moins passionnant et convaincant que La trilogie des Neshov, mais il reste très agréable de se laisser porter dans ce décor et ces récits. C'est un roman sombre dans lequel l'auteur nous plonge.

J'ai hâte désormais de découvrir Zona Frigida, qui parait-il est plus léger car plein d'humour noir.

6 commentaires :

Lilibook a dit…

Je n'ai encore jamais lu ses romans mais j'en ai un qui m'attend dans ma pal.

Alex Mot-à-Mots a dit…

Quand tu déprimes, tu achètes des livres, et tu les lis pour te remonter le moral ?

Petite Fleur a dit…

@ Lilibook : j'aime beaucoup sa plume, et j'espère que tu aimeras aussi.

@ Alex Mot-à-Mots : j'achète, lire c'est pour plus tard. Mais rien que le fait de flâner dans une librairie, ça me réconforte :-)

Mango a dit…

Je ne connais pas encore cette auteur mais je me reconnais dans le besoin d'acheter des livres en cas de déprime! :)

Petite Fleur a dit…

@ Mango : Eh eh, je me doute que je ne dois pas être la seule ;-)

Manu a dit…

J'ai Zona Frigida dans ma PAL mais je dois dire que celui-ci me tente aussi.