ShareThis

13 septembre 2013

Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir [J. Heska]

Après avoir lu le second roman de J. Heska, et l'avoir apprécié, j'étais forcément tentée de lire son premier titre. Le voici.

L'histoire : Je m'appelle Jérôme et je ne suis pas quelqu'un de populaire. Invisible pour mon entourage, insipide pour mes collègues, insignifiant pour ma petite amie.
Un jour, je suis tombé sur un article de magazine bon marché censé m'aider à régler un certain nombre de problèmes dans ma vie. Ca m'a amené un peu plus loin que prévu...
Ah oui, le "un peu plus loin", c'est devenir le chef de file involontaire d'un mouvement philosophique qui a révolutionné le monde.

Mon avis : Sous un vernis simple et facile d'accès, cette histoire, écrite sous la forme d'un journal futuriste, pousse tout un chacun à la réflexion sur son comportement et les répercussions qu'il peut avoir sur les autres.
Tout commence avec Jérôme et son mal-être : il se sent nul, n'arrive pas à comprendre pourquoi ses collègues de travail le snobbent et se servent ainsi de lui. Son image de lui-même en est complètement perturbée. Il n'arrive pas à se faire d'amis, en dehors d'Etienne, un collègue qui lui ressemble. Je dois dire que j'ai reconnu beaucoup de personnes dans cet open-space où tout commence : ceux qui se moquent et rient ouvertement d'un collègue bouc émissaire ; ceux qui n'écoutent jamais ce que vous avez à dire mais tire la couverture à eux à la moindre occasion ; ceux qui s'approprient votre travail.
Jérôme va alors commencer un travail de réflexion pour essayer de changer la situation. Il va définir et catégoriser les antipathes, ces êtres humains qui font acte de méchanceté auprès d'autres. Si une douce tristesse teinte le constat des relations humaines, une pointe d'humour allège le propos, notamment grâce aux petites phrases qui ouvrent chaque chapitre.Toute la réflexion et la construction de ce mouvement Cimonde vont être partagées avec son copain Etienne, pour aller bien au-delà de qu'il aurait imaginé. Bien vite, comme Jérôme, le lecteur se rend compte qu'il faut se méfier des jugements à l'emporte pièce. Chacun réagit différemment, a son propre vécu qui lui inspire ses actes. Jérôme va changer au cours de ce roman, et le lecteur avec lui. Enfin, il faut l'espérer.
C'est bien écrit, ça se lit très agréablement et c'est pourtant porteur d'un vrai message qui vous fera regarder votre voisin avec un œil différent. Je vous défie de ne pas penser à ce roman la prochaine fois que vous verrez quelqu'un jeter un papier par terre ! Un récit innovant et un auteur définitivement à suivre, après ma lecture de son second roman, On ne peut pas lutter contre le système.

3 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

Il me semble qu'il en a sorti un troisième. Mais je peux me tromper...

Petite Fleur a dit…

@ Alex Mot-à-Mots : non tu ne te trompes pas. Il vient de sortir un recueil de nouvelles tirées de son blog. Je suis d'ailleurs en train de le lire. Mais je prends mon temps : je ne suis pas très nouvelles, alors je préfère espacer un peu chaque nouvelle.

Mes Instants Lecture a dit…

Je viens de terminer ce 1er titre de J. Heska et comme toi, j'ai plutôt apprécié ! Le 2ème t'a-t-il plu également ?