ShareThis

19 octobre 2013

Cent minutes [Julien Morit]

L'auteur : Cent minutes est le premier roman de Julien Morit.

L'histoire : Henry Crown et Anthony Anthone se retrouvent perdus à plus d'un titre. Ils ne savent pas où ils sont, ni quand. Pour rajouter à leur déracinement, ils ignorent tout l'un de l'autre ; ils ont seulement échangé quelques bonjours polis lors de leurs précédentes rencontres. Pourtant, ils vont devoir s'allier pour comprendre le fonctionnement de l'étrange montre d'Anthony et essayer ainsi de rentrer chez eux vivants. De leur côté, bien qu'évoluant dans des lieux qu'elles connaissent très bien, Élisabeth Crown et Julia Anthone sont également déboussolées. Leurs maris respectifs ont disparu sans laisser d'explications. Les seuls indices à leur disposition sont deux petites boîtes en bois, retrouvées à côté du manteau d'Henry, ainsi qu'une lettre datant de 1894, avec l'écriture d'Anthony. Rien n'est logique dans ce qui leur arrive, et pourtant une personne sait tout...

Mon avis : Lorsque l'auteur m'a proposé son roman, j'ai hésité, n'étant jamais très à l'aise dans la rédaction d'une chronique qui n'est, somme toute, que mon avis totalement personnel sur ma perception de ma lecture. Je n'ai pas envie de me brider dans mes billets, mais pas non plus envie de descendre en flèche un roman qui doit représenter beaucoup pour un jeune auteur auto-édité. Mais l'histoire laissait supposer un voyage dans le temps, et j'ai été tentée.
Dans un premier temps, j'ai été un peu perturbée par le style, qui comporte par moment des maladresses et des lourdeurs qui m'ont quelque peu gênée. Quelques bizarreries également, comme par exemple le majordome/chauffeur des Crown qui s'adresse à Julia par son prénom : non pas que je sois snob, mais lorsqu'un domestique s'adresse à son employeur par un "monsieur", je m'attends à ce qu'il s'adresse de la même façon aux amis de son employeur. En tout cas, au début.
Mais sorti de ces quelques éléments perturbants, et malgré une petite baisse de rythme vers le milieu du roman, l'histoire est habilement construite et pensée depuis le début. On navigue ici entre enquête et fantastique, et les fils de l'intrigue ne se dénouent qu'à la toute fin. Et quelle fin surprenante ! Un roman d'aventures donc, qui revisite le thème du voyage dans le temps. L'auteur aura fait des recherches que l'on peut supposer conséquentes et qui apportent de la crédibilité pour les scènes se passant au XIXe siècle. Les deux personnages masculins forment un duo improbable qui contraste agréablement avec le binôme Elisabeth-Julia, plus classique, mais secondée par Emmet et Lewis (le fameux majordome).
Un premier roman agréable.

3 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

Les incongruités de ce roman que tu cites ne me donnent pas envie de le découvrir.

Brize a dit…

Un premier roman qui a l'air plutôt réussi, somme toute !

Petite Fleur a dit…

@ Alex Mot-à-mots : bizarre comme certaines fois on peut bloquer sur des détails...

@ Brize : y a de l'idée en tout cas, et du travail.