ShareThis

21 février 2014

La tour de l'horloge

Si vous passez sur l’île de la Cité, vous verrez la Conciergerie, le palais de justice, les toits de la Sainte Chapelle. Et située à l’angle du Quai de l’Horloge et du Boulevard du Palais sur l’Île de la Cité, vous pourrez regarder la Tour de l’horloge. Elle a été restaurée en 2012 et est donc toute belle. C’est l’horloge la plus ancienne de Paris. Elle a de magnifiques teintes bleues, rouges et dorées.

Horloge de la tour de l'horloge - Paris

Le palais de la Cité était la demeure des rois de France depuis Hugues Capet jusqu’au milieu du XIVe siècle. Jean II le Bon fit construire au nord-est une tour dont le beffroi était dominé par un lanternon, afin de permettre un guet pour la sécurité. Il faut attendre une vingtaine d’années pour qu’Henri de Vic, un horloger lorrain, y construise la première horloge publique. En 1418, on réclame un cadran extérieur pour les habitants, cadran totalement repris par le sculpteur Germain Pilon à la fin du XVIe siècle.

Le cadran, carré, est placé sur le manteau royal de France au fond d’azur fleurdelisé. La grande aiguille pour les minutes est en fer de lance et la petite aiguille pour les heures est en fleur de lis, prolongées toutes les deux par une contre-aiguille terminée par un croissant, évoluent sur des chiffres romains colorés en relief sur la pierre.

Henri II, III et IV y apportèrent leurs restaurations. On trouve d’ailleurs leurs marques un peu partout :
  • Henri II avec son monogramme H et le C de sa femme Catherine de Médicis (les deux lettres en se mêlant, forment le D de Diane de Poitiers, favorite du roi).



  • Henri III, son fils, y laisse le cartouche au dessus du cadran, indiquant en latin : « Celui qui lui a déjà donné deux couronnes lui en donnera une troisième », allusion aux couronnes de France et de Pologne (on retrouve d’ailleurs l’emblème de ces deux royaumes dans le cartourche au dessus du cadran) et à la troisième qui se retrouve dans la devise royale « Manet ultima caelo » (la dernière se trouve au ciel – « royaume des cieux »). Henri III est également le commanditaire des deux bas-relief au corps doré et habillés de bleu royal encadrant l’horloge, allégories de la Loi à gauche (avec les tables) et de la Justice à droite (avec l’épée et la balance).
  • Allégorie de la Justice - Tour de l'horloge - Paris

  • Henri IV apparaît avec son monogramme entrelacé à celui de Marguerite de Valois, la reine Margot à différents endroits : autour des emblèmes des royaumes de France et de Pologne mais aussi sur le petit toit abritant l’horloge.  

2 commentaires :

Soie a dit…

Merci pour cet article très intéressant.
Je vais inscrire cela au programme de mes futures sorties à Paris.
Bon dimanche.

La chèvre grise a dit…

@Soie :ravie que ça te donne des idées de sortie ! Bon dimanche à toi aussi !