ShareThis

20 mai 2014

Citoyens au-dessus de tout soupçon... [Raphaël Confiant]

L'auteur : Raphaël Confiant, né en janvier 1951 en Martinique, est professeur d'université et écrivain en créole et en français. Avec Citoyens au-dessus de tout soupçon il a remporté le prix du livre insulaire 2011 catégorie polar.

L'histoire : Raymond Vauban qui exerce son métier de détective sous le nom de Jack Teddyson - ça sonne mieux, non ? - enquête sur le meurtre de Sésostris Ferdinand, un gros entrepreneur de Fort-de-France, retrouvé mort et castré. La belle Dominicaine avec qui il fretinfretaillait a, bien entendu, disparu. Or la vie privée sur une île comme la Martinique, ça n'existe pas : tout le monde sait qui est qui et qui fait quoi ! Jack a bientôt plus de pistes qu'il ne peut en suivre : rite vaudou ? vengeance d'une femme jalouse ? dettes de jeu ? magouilles politiciennes ? Le Philip Marlowe des Antilles doit enquêter sur des citoyens au-dessus de tout soupçon...

Mon avis : Voici un petit policier sans prétention mais qui vous fera passer un bon moment de détente pour les vacances d'été qui arrivent bientôt. L'action se situe en Martinique et c'est à une plongée dans sa société que nous convie Raphaël Confiant. Le lecteur est confronté à la mixité de l'île qui en fait à la fois toute sa richesse et toute sa complexité : entre le rapport à la lointaine France métropole, les îles alentours qui ont une grande influence culturelle, qu'elles soient françaises comme la Guadeloupe ou pas comme Saint Domingue, Sainte Lucie, la République dominicaine... Tout cela donne une histoire riche, un passé avec lequel il faut composer, et des ambitions très spécifiques.

Raymond Vauban alias Jack Teddyson campe un détective pas très doué mais très attachant, philosophe à ses heures perdues. Il cherche à dénouer les fils d'un meurtre dans lequel se mélangent des rites vaudou, une loterie haïtienne, des aspirations électorales, de la prostitution... en bel imbroglio. Les personnages sont tous riches en couleur et trainent une sorte de nonchalance, de laisser-aller. Les quelques phrases en créole, heureusement traduites en bas de page, et les expressions locales font sourire et ensoleillent l'écriture qui pourrait sans cela paraître parfois un peu vulgaire.

L'enquête en elle-même n'est pas exceptionnelle. L'histoire tient davantage par la situation en Martinique que par les rebondissements. Jack Teddyson investigue tour à tour toutes les pistes possibles et puis c'est tout. La fin est précipitée et pas forcément très claire. Pas du grand policier donc, mais une lecture agréable tout de même.

Merci aux éditions Folio pour ce partenariat.

4 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

Malgré le déroulement en Martinique, je ne suis pas tentée.

La chèvre grise a dit…

Ce roman tient surtout parce qu'il m'a donné envie de retourner aux Antilles. Pour le reste, je ne suis pas sûre qu'il ait de quoi séduire.

Loesha a dit…

Je viens de le finir... Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé, car j'ai eu l'impression de visiter la Martinique grâce à la plume de l'auteur. Mais l'enquête bof bof...
Contrairement à toi, je n'ai pas apprécié le personnage de Jack, archétype du coureur de jupon antillais ! C'est rigolo au début, mais à la longue..pffffff....

La chèvre grise a dit…

Oui, le personnage du détective est un vrai archétype et l'enquête est tout à fait secondaire. Mais je n'en attendais pas grand chose, alors je ne suis pas déçue et j'ai tellement retrouver le soleil dans cette plume que j'ai eu l'impression d'être en vacances rien qu'en le lisant.