ShareThis

03 décembre 2014

Saving Joseph [Laurent Clerc]

L'auteur : Il est rare que je ne trouve aucune information sur un auteur. C'est pourtant le cas ici. Tout ce que je puis vous dire, c'est que Laurent Clerc est français et que Saving Joseph est son premier roman.

L'histoire : Être un homme aujourd’hui, qu’est-ce que c’est ? Trouver sa niche et s’y terrer ?

La quarantaine, crâne dégarni et mal dans son couple (sans lien de cause à effet), le héros est un type sans histoire. Mais, le jour où il se retrouve dans une chapelle à l’approche de Noël, lui qui ne met plus les pieds à l’église, sa vie bascule. Alors que tout le monde est en adoration devant la Vierge Marie, le héros prend le parti de Joseph : père adoptif contre son gré, sommé de fermer les yeux sur cette grossesse suspecte et relégué au rang de figurant de la crèche, c’est lui le pigeon de l’histoire ! Tandis qu’il tente de reconquérir sa compagne par des moyens plus ou moins judicieux, le héros entame un dialogue fantasmé avec Joseph qui le mènera sur les chemins les plus vertueux… et les plus sulfureux.

Mon avis : Paul est un homme fragile, qui ose s'interroger sur son couple qu'il sent partir à vaut l'eau. Par son regard, le lecteur voit bien ce qui cloche et je me suis étonnée que Paul ne gueule pas davantage, ne se rebelle pas sur la place que prend la télévision dans son couple. Comme s'il ne prenait pas le problème à bras le corps, qu'il se laissait faire. En tout cas, il a le mérite d'essayer de retrouver la flamme, mais il ne se penche jamais sur les raisons qui ont provoqué cette distance.

Paul ne dit rien donc, sauf à Joseph, projection du père de Jésus aperçu dans une crèche. Il l'humanise et en fait un cocu que tout le monde oublie un peu trop facilement. Paul est-il doué du don de voyance ? Car en Joseph, c'est un autre lui, celui qu'il aurait pu être. Le parallèle avec un Joseph cocufié est intéressant mais trop superficiellement traité à mon goût. Car Joseph aura choisi de rester auprès de Marie et de s'occuper de l'enfant, là où Paul ne fait que subir sans rien dire. Il n'est que le sujet des décisions de Julia : Julia qui se réfugie dans les séries télé pour oublier un couple qui ne la satisfait plus ; Julia qui trompe Paul ; Julia qui décide de la séparation ; Julia qui décide de donner ou non une explication. Même face à Sonia, heureusement croisée pour ramener un peu de gaieté dans sa vie, il se laisse porter. C'est d'ailleurs Sonia qui m'a le plus plu dans ce récit : elle doute, elle cherche, elle est active dans sa vie !

Le thème principal du roman est la résignation. Sous couvert de chercher à comprendre cet état, Paul en est pourtant totalement victime, du début à la fin, et ne semble pas s'en sortir. N'aimant pas les personnages passifs, je n'ai donc pas été convaincue par ce roman. Mais je ressors surtout déçue de ma lecture car il me semble qu'il ne manque pas grand chose pour que l'auteur trouve une vraie patte qui ne serait pas dénuée de charme, car son écriture est agréable.

Merci tout de même aux éditions Denoël pour ce partenariat.

Saving Joseph, de Laurent Clerc
Denoël
Octobre 2014

4 commentaires :

nanet a dit…

Bonjour. J'ai hésité à sélectionner ce roman, finalement en choisir d'autres et j'attendais les premiers avis. J'aime aussi les caractères affirmés, je pense donc avoir fait le bon choix.

Merci, donc,

Biz, nanet

Alex Mot-à-Mots a dit…

Il était tentant, en cette période de l'Avent, mais bof....

Jostein a dit…

On va donc dire que c'est un premier essai et que l'auteur nous convaincra davantage une prochaine fois.

La chèvre grise a dit…

@ naner : j'ai cru comprendre qu'on était plusieurs à avoir hésité. J'avais envie de découvrir un auteur français.

@ Alex Mot-à-Mots : oui, le timing était pourtant intéressant.

@ jostein : il faut espérer.