ShareThis

02 octobre 2015

L'instant précis où les destins s'entremêlent [Angélique Barbérat]

L'auteur : Angélique Barbérat publie avec L'instant précis où les destins s'entremêlent son premier roman qui fit grand bruit l'année dernière.

L'histoire : Une tache rouge sur l’oreiller, juste sous les cheveux de sa maman, morte sous les coups de son mari. Voilà ce que le petit garçon a vu, à cinq ans... Pour survivre, Kyle se jette à cœur perdu dans la musique, que sa mère aimait tant. Vingt ans après, devenu leader d’un groupe de rock, il est célèbre dans le monde entier. Mais inapte au bonheur.

Coryn, elle, a grandi dans une banlieue sans charme. À dix-sept ans, elle tombe dans les bras de Jack Brannigan, qui fou amoureux l’épouse, mais, jaloux et violent, l’enferme dans une prison dorée, "Parce que tu m’appartiens..."

Comment ces deux êtres que tout semble séparer auraient-ils la moindre chance de s’aimer ?

Pourtant, à l’instant précis où les destins s’entremêlent, chacun d’eux sait que sa vie ne sera plus jamais la même.

Mon avis : Voici un roman sorti l’année dernière et dont Gérard Collard avait beaucoup parlé. Tout comme la blogosphère, très émue par ce livre. À l’occasion d’une promo Amaz*n, j’ai pu me le procurer à petit prix pour mon Kindle.

C’est le personnage de Kyle, âgé de cinq ans, qui ouvre le roman. Après quelques lignes, on comprend que sa mère est enfermée dans une douleur inimaginable. Elle mourra sous les coups de son mari. Kyle va grandir, devenir une rock star internationale. Il tente de sortir sur la scène la culpabilité qui le dévore. Ailleurs, Coryn, seule fille d’une fratrie de onze enfants, est très belle, serviable et obéissante. Ses parents vont la marier à un homme plus âgé, bien sous tous rapports, poli, beau, intelligent et carriériste. Sauf que sous ses dehors de prince charmant, Jack est un homme violent qui fait de sa femme sa chose.

Au cœur du roman donc, les violences conjugales. La douleur imposée aux femmes : les coups, le viol, la honte, l’humiliation. Avec finesse et tact, sans sentimentalisme, Angélique Barbérat parle de ce sujet sombre. Là où la parole est le premier pas vers la fin de l’enfer, elle se concentre sur les émotions de Kyle et Coryn. Elle nous raconte l’inracontable que subit Coryn. Le sentiment d’angoisse permanente. Et pourtant, on ne tombe jamais dans la noirceur. Il y a toujours une lumière, un brin d’espoir. On ne peut être que bouleversé par ce petit bout de femme quoi ploie mais ne rompt pas. Jusqu’au jour où elle décidera de se redresser.

Le personnage de Kyle m’a moins convaincue. D'abord, parce que le côté "j'explose ma rage sur scène" est assez cliché. Et puis, parce que là où Coryn ose, lui se laisse totalement détruire par un passé sur lequel il n’avait aucune prise, par un acte dont il n’a été que le témoin. J'entends bien que c'est un sentiment tout à fait compréhensible dans un cas pareil. Mais s'il encourage les autres à faire ce qu’il faut pour s’en sortir, lui refuse de s’aider lui-même. Sa douleur, à la base de son énergie sur scène, plombe également le groupe. D’où la réplique totalement compréhensible de sa partenaire « Kyle, tu m’emmerdes ». Coryn est actrice de son destin là où Kyle n’en est que la marionnette.

Les destins de nos deux protagonistes vont se croiser. S’entremêler pour essayer de s’en sortir. Jusqu’à une fin trop prévisible.

Une lecture en demi-teinte donc pour un sujet incroyablement difficile et pourtant merveilleusement abordé.

« On ne sait pas pourquoi on accepte les choses. Peut-être parce qu’elles viennent doucement… Petit à petit. Sans bruit. Peut-être qu’on ne s’y attend pas et qu’on ne s’en rend pas vraiment compte. Ou bien parce qu’elles sont si horribles qu’on ne peut y croire ? »

L'instant précis où les destins s'entremêlent, d'Angélique Barbérat
Éditions de l'épée pour Kindle
Janvier 2014

3 commentaires :

latetedansleslivres a dit…

Je ne sais pas trop si ça me plairait mais pourquoi pas si j'ai un jour l'occasion de le découvrir...

Stellade à la page a dit…

Comme quoi, moi j'ai adoré!

Alex Mot-à-Mots a dit…

Une lecture qui ne t'a pas convaincue.