ShareThis

25 novembre 2015

Crimson Peak, de Guillermo Del Toro

Film américain de Guillermo Del Toro, sorti le 14 octobre 2015, avec Mia Wasikowska , Tom Hiddleston et Jessica Chastain.

L'histoire : Au début du siècle dernier, Edith Cushing, une jeune romancière en herbe, vit avec son père Carter Cushing à Buffalo, dans l’État de New York. La jeune femme est hantée, au sens propre, par la mort de sa mère. Elle possède le don de communiquer avec les âmes des défunts et reçoit un étrange message de l’au-delà : "Prends garde à Crimson Peak". Une marginale dans la bonne société de la ville de par sa fâcheuse "imagination", Edith est tiraillée entre deux prétendants: son ami d’enfance et le docteur Alan McMichael.

Mon avis :  Guillermo Del Toro fait des films proposant souvent un univers qui m’enchante, au sens premier du terme. Je me laisse totalement porter par ses histoires, même si le film lui-même peut présenter des défauts. Ce fut notamment le cas avec Pacific Rim ou Le labyrinthe de Pan et ici avec Crimson Peak. Pourtant, je suis allée voir ce film pour tuer quelques heures, n’ayant pas vu la bande annonce, ne sachant pas de quoi il était question. Et tant mieux, la surprise fut d’autant plus bonne.

Ça commence de façon assez délicate. Doucement. Et ça se termine dans une scène d’apothéose passionnelle et sanglante. Petit à petit, Edith va plonger dans l’horreur, celle qui lui a été prédite 15 ans plus tard, par le fantôme traumatisant de sa défunte mère. Ce n’est que trop tard qu’elle comprendra les avertissements. Le spectateur comprend immédiatement toutes les clés de lecture qui lui sont proposées, tellement elles tiennent du conte : la menaçante demeure familiale, le sous-sol où il ne fait pas bon se perdre, le trousseau de clés auquel l’héroïne n’a pas accès, le breuvage suspect… On suit le chemin qui nous est proposé avec des frissons délicieux.

C’est visuellement magnifique. J’ai pensé à Sleepy Hollow mais avec un côté plus coloré. La lumière est omniprésente, et par opposition, elle renforce les ombres et la noirceur. D’ailleurs, le film est construit justement sur cette notion d’opposition. Les costumes victoriens portés par les personnages, si raffinés, éclairent l’inhumanité des machines, puisque nous sommes en pleine ère industrielle. Le fade promis d’Edith est vite délaissé pour son troublant opposé, un sombre baronnet anglais qui subjugue la jeune demoiselle. Demoiselle qui se plait à prendre l’apparence d’une frêle et fragile jeune fille, alors qu’elle lutte depuis longtemps contre la terreur que lui inspirent les fantômes qu’elle voit.

Des défauts disais-je au début de mon billet. Oui, il y en a. Le scénario est prévisible, la musique annonce bien trop les scènes de sursaut. Les 3 personnages centraux sont bien un peu stéréotypés (mais en même temps, c’est le genre qui veut ça), mais ils sont servi par un très beau trio d’acteurs, Jessica Chastain, Mia Wasikowska et Tom Hiddleston, qui leur donnent une vraie mesure.

Une très jolie surprise donc, et un vrai bon moment de cinéma.

5 commentaires :

Nelfe a dit…

Chouette moment de ciné de notre côté également :)

dasola a dit…

Bonjour La chèvre grise, comme je l'ai écrit, j'ai aussi beaucoup aimé ce film avec une Jessica Chastain très inquiétante. C'est beau à regarder. Cet univers gothique m'enchante même si personnellement je ne serais pas restée plus de trois minutes dans la demeure qui fuit de partout. Bonne journée.

latetedansleslivres a dit…

Ca fait un moment que je me dis qu'il faudrait que je regarde Le labyrinthe de Pan car au final, je n'ai vu que Pacific Rim de Guillermo Del Toro! Je rajoute ce film à ma liste :)

c'era una volta a dit…

Ce film a aussi été pour moi une belle surprise. Si le scénario est prévisible, il reste sympathique. J'ai surtout aimé l'ambiance et la qualité photographique/visuelle de ce film.
Et voir évoluer de tels acteurs dans ce schéma et cet univers c'était juste excellent :)

MsGoliath a dit…

Je l'ai loupé au cinéma ! Il faut vraiment que je le vois. C'est vrai que esthétiquement, ça avait l'air magnifique, mais j'ai entendu beaucoup de critiques -comme la tienne- sur le scénario et j'ai vraiment peur d'être déçue. Ton article me donne quand même envie de me jeter à l'eau :)