ShareThis

25 janvier 2017

Rogue One : A star wars story, de Gareth Edwards

Film américain de Gareth Edwards, sorti le 14 décembre 2016, avec Felicity Jones, Diego Luna et Ben Mendelsohn.

L'histoire : Situé entre les épisodes III et IV de la saga Star Wars, le film nous entraîne aux côtés d’individus ordinaires qui, pour rester fidèles à leurs valeurs, vont tenter l’impossible au péril de leur vie. Ils n’avaient pas prévu de devenir des héros, mais dans une époque de plus en plus sombre, ils vont devoir dérober les plans de l’Étoile de la Mort, l’arme de destruction ultime de l’Empire.

Mon avis : Portée par l'attente de la sortie de l'épisode VIII, qui est encore lointaine, portée aussi par les critiques très positives de spectateurs, enfin portée par l'actualité récente de l'actrice Carrie Fisher, je suis allée dans une salle obscure pour voir ce Rogue One.

Je savais en y allant qu'il s'agissait d'un film à part dans la suite logique des épisodes, un spin-off. Que je n'y retrouverais pas en tout cas les personnages habituels. Mais déjà, la première surprise est venue du fait que l'ascendance à la saga Star Wars ne m'a pas semblé complètement assumée : le générique ne défile pas de la même manière, la musique n'est pas la même (mais largement inspirée et du coup ça vire au massacre)... Bref, on veut faire presque comme, sans l'être tout à fait. Cet entre-deux est assez incompréhensible. A force de vouloir exploiter le filon, ça finit par se voir !

Parlons également des personnages et en premier de ceux recréés en images de synthèse : la princesse Leia, le général Tarkin notamment,... c'est tout simplement catastrophique ! On voit bien trop la différence ! Si c'est pour arriver à un tel résultat, les spectateurs auraient bien mieux compris qu'on réutilise les images originelles pour les incruster, même avec une différence de qualité flagrante. Quant aux autres, ils n'ont aucun charisme,

L'histoire quant à elle... Elle est très longue à se mettre en place. Le synopsis dévoile toute la trame et ne laisse aucune surprise. L'apparition tardive de Dark Vador est à la limite du ridicule et on finit par se dire que s'il doit être présent à chaque intrigue dans l'Empire, ce n'est pas gagné ! Et le tout manque singulièrement d'humour, les saillies du droïde ne suffisant pas pour rattraper tout ça. Ce film se prend trop au sérieux, sur la thématique de l'engagement total au service d'une cause.

Un loupé dont il n'y a pas grand chose à retenir.