ShareThis

13 mars 2017

Le secret de lady Audley [Mary Elizabeth Braddon]

L'auteur : Née en octobre 1835 et morte en février 1915, Mary Elizabeth Braddon est une femme de lettres britannique et auteur de romans policiers, marchant sur les traces de Wilkie Collins.

L'histoire : Après une longue absence, George Talboys rentre en Angleterre retrouver sa femme et son fils. Dévasté à l'annonce du décès de son épouse, il est conduit par son ami Robert Audley chez sa tante, la très belle lady Audley. Mais celle-ci refuse de le rencontrer. Peu de temps après, George disparaît mystérieusement...

Mon avis : Contemporaine des sœurs Brontë, je pensais retrouver chez Mary Elizabeth Braddon ce qui me plait temps dans l'écriture de ces auteurs, le tout mâtiné de mystère et d'un personnage qui enquêterait sur ce fameux secret. Malheureusement, Mary Elizabeth Braddon n'a clairement pas la même plume et ce roman est plein de longueurs qui pourraient être évitées. Mais il faut rappeler que ce roman est paru en feuilletons et que les auteurs étaient payés à la ligne, d'où une tendance naturelle à rallonger les histoires.

Point positif, le décor est effectivement à l'image de ce que j'attendais : nous sommes dans un manoir perdu dans la campagne anglaise, et l'ambiance fleure bon l'époque victorienne et le gothique, délicieusement surannée. Les incursions de l'auteur dans le roman, par le biais de son narrateur, sont vraiment agréables et ajoutent du piquant au récit.

À l'inverse, je n'attendais pas grand chose de l'enquête, commençant à connaître passablement les ficelles des romans policiers. Il faut bien sûr remettre ce roman dans le contexte de l'époque, pour laquelle c'était tout à fait novateur. Un lecteur d'aujourd'hui par contre voit venir de très loin ce fameux secret, pas très bien dissimulé. L'évidence est telle qu'il n'y a plus de suspense. Dès les premières lignes, le lecteur sait ce que cache Lady Audley. Comme pour Carmilla de Sheridan Le Fanu. C'est en fait davantage un roman à sensations qu'un roman policier et c'est bien ainsi qu'il faut le lire.

L'intérêt du roman semble donc de savoir comment Robert Audley va découvrir la vérité sur ce qui est advenu à son ami George. Sauf que je ne me suis attachée à aucun des personnages particulièrement : ni Robert, tout de suite présenté (excusez moi du terme) comme indolent, traînant sa léthargie de place en place avant de se transformer un fin enquêteur, ni George, être fantasque rendu apathique par l'annonce du décès de sa femme. Lady Audley, alias Lucy Graham, avait pour elle une introduction plutôt prometteuse : une femme réservée, qui tentait de gagner sa vie en enseignant et surprise qu'un notable comme sir Michael Audley puisse s'intéresser à elle. Mais après son mariage, la description qui est faite d'elle donne l'impression d'une toute autre personnalité,  celle d'un être capricieux, égoïste et froidement manipulateur. Il m'était difficile de faire cohabiter les deux.

Ajoutons à cela que la parution en feuilletons initiale se ressent beaucoup : certaines pistes lancées sont abandonnées (la lettre volée par la servante), des intrigues emmêlées sont miraculeusement démêlées d'un seul coup, des descriptions sont contradictoires entre le début et la fin (date, âge)...

Bref, si j'imagine assez bien que les lecteurs de l'époque aient pu être fascinés par cet roman, et que j'ai retrouvé avec plaisir l'époque victorienne, j'ai n'ai pas apprécié plus que cela ce roman.

"Souhaitons à l'auteur de ce roman des lecteurs plus consciencieux que la jeune fille. Elle avait parcouru le volume sans savoir ce qu'elle lisait, et l'avait mis plusieurs fois de côté pour guetter à la fenêtre l'arrivée d'un visiteur qu'elle n'avait plus grand espoir de voir venir."

Le secret de lady Audley, de Mary Elizabeth Braddon
Traduit par Madeleine Jodel
Rivages
Novembre 2015