ShareThis

26 juin 2017

La nuit des temps [René Barjavel]

Après ma découverte de Barjavel avec L'enchanteur il y a quelques années maintenant, je me devais de lire son grand classique : La nuit des temps.

L'histoire : Dans l'immense paysage gelé, les membres des Expéditions Polaires françaises font un relevé sous-glaciaire. Un incroyable phénomène se produit : les appareils sondeurs enregistrent un signal. Il y a un émetteur sous la glace...

Mon avis : Comment parler de ce classique de la littérature que tout le monde, ou presque, connait déjà ? En commençant par dire que l’étiquette « science-fiction » est un peu usurpée, car il ne s’agit en fait que d’un point de départ à ce qui pourrait être un message de l’auteur, un message d’espérance en l’Homme, capable du pire comme du meilleur, capable de générer le bonheur comme le malheur.

La nuit des temps c’est l’histoire de tous les temps de l’humanité. C’est une histoire de science et d’amour, c’est une histoire d’êtres faits de chair et de sang. Celle de scientifiques de différentes nationalités, en pleine époque de la Guerre Froide, qui vont s’allier contre leurs gouvernements pour protéger leur découverte. Et celle d’Éléa et de son monde, il y a plus de 900 000 ans. Un monde qui va disparaitre totalement après une terrible guerre entre deux peuples, les Gondas et les Enisors, incapables de s’entendre sur leur vision de l’avenir. J’ai été passionnée par la découverte, en même temps que les scientifiques, de ce passé que la Terre a connu et que l’Homme a détruit.

Ce roman est très ancré dans son époque, la fin des années 60, avec des évocations claires de la guerre froide, de la place de la femme, du pouvoir des scientifiques ou encore de la place de la télévision au sein du foyer. Ça pourrait être terriblement daté, sauf qu’actuellement les agissements du nouveau président des États-Unis font craindre un nouveau conflit international et ma lecture a donc résonné comme un écho à la situation actuelle.

Si ça reste assez bien écrit pour se lire sans déplaisir, je mettrais cependant un bémol sur le style. Je m’attendais à quelque chose de plus travaillé. Je ne sais plus chez qui l’autre jour j’ai croisé cette distinction : un romancier raconte, un écrivain écrit. On est exactement là-dedans avec Barjavel qui se contente ici de raconter, sans une conception particulière de ses phrases. Ce n’est pas forcément gênant en général, sauf qu’ici ça dérape parfois, notamment avec les passages décrivant les scènes de sexe qui sont d’un niais absolu. À côté pourtant, d'autres passages savent être très beaux. Le décalage est assez perturbant.

La nuit des temps est une très belle histoire qui a pu marquer des générations, je le comprends aisément. Un classique à découvrir.

"Tu me comprends, tu avais compris, peut-être pas tous les mots, mais assez de mots pour savoir combien, combien je t'aimais. Je t'aime, l'amour, amour, ces mots n'ont pas de sens dans votre langue, mais tu les avais compris, tu savais ce qu'ils voulaient dire, ce que je voulais te dire, et s'ils ne t'avaient pas apporté l'oubli et la paix, ils t'avaient donné, apporté, posé sur toi assez de chaleur pour te permettre de pleurer." (p°246)

La nuit des temps, de René Barjavel
La guilde du livre
1968

8 commentaires :

keisha a dit…

Je me souviens surtout d'une histoire d'amour un peu niaiseuse, mais bon, j'ai un coeur trop dur faut croire

La chèvre grise a dit…

@ keisha : l'histoire d'amour n'est pas vraiment niaiseuse, c'est juste qu'elle se déroule dans un monde de bisounours alors forcément... Après, les réflexions sous-jacentes sont intéressantes et je ne doute pas que j'aurais adoré étant gamine. Je le lis juste un peu trop tard je pense.

Hélène a dit…

J'ai apprécié cette lecture et je pense enchainer avec "l'enchanteur"'

eimelle a dit…

je n'ai encore rien lu de lui... à tenter!

c'era una volta a dit…

Je l'ai lu il y a tellement longtemps (au Collège!) que je n'en ai gardé presque aucun souvenir...

Cela mériterait peut-être un rafraîchissement. ^^

Par contre, dans notre book club nous avons une fan de l'auteur. :)

De lui j'ai aimé un roman court et autobiographique : la charrette bleue et par contre, j'ai pas du tout accroché à Le Voyageur Imprudent... J'aimerais lire Ravage.

XL a dit…

de manière générale, j'aime plutôt l'auteur et j'avais adoré La nuit des temps mais il ne résisterait peut être pas à une relecture
acheté récemment, j'ai La charette bleue dans la PàL

La chèvre grise a dit…

@ Hélène : je re-tenterai certainement l'auteur avec "Ravage" de mon côté.

@ Eimelle : oui, il faut en lire au moins un, mais pour l'instant je ne sais pas lequel te conseiller.

@ C'era : Ce sera surement mon prochain de lui.

@ XL : marrant, tu es la deuxième à évoquer ce titre qui ne me dit rien du tout. Il va falloir que j'aille voir de plus près.

Alex Mot-à-Mots a dit…

Je n'ai pas de souvenir sur le style, mais l'histoire m'avait envoûté.