ShareThis

28 juin 2017

L'histoire des 3 Adolf [Osamu Tezuka]

L'auteur : Né en novembre 1928 et mort en février 1989, Osamu Tezuka était un mangaka, producteur et scénariste d'anime. C'est un des grands maîtres du manga et un énorme créateur : plus de 700 œuvres et 170 000 pages dessinées au cours de sa carrière. Il est très connu pour Le roi Léo qui inspirera fortement Le roi lion de Disney.

L'histoire : Berlin, 1936. Hitler est au pouvoir depuis trois ans. Les Jeux Olympiques d'été sont pour lui l'occasion de conforter une dictature funeste. Sohei Togué est un journaliste sportif qui vient couvrir les JO et par la même occasion retrouver son frère Isao qui habite l'Allemagne. Mais Isao est angoissé. Il détient, dit-il, un terrible secret qui pourrait ébranler jusqu'à Hitler lui-même. Quand Sohei se rend chez sont frère, il le retrouve assassiné.

Mon avis : Chez qui ai-je bien pu noter ce manga en quatre tomes : Lelf qui le conseillait ou Loesha qui était plus dubitative ? Je ne sais plus. Il n’empêche que j’ai fini par l’emprunter à la bibliothèque et me faire mon propre avis. Avec Osamu Tezuka, je me méfie beaucoup. Je trouve les dessins vieillis, même si d’un style tout à fait reconnaissable entre mille. Il a pourtant été nommé « Dieu du manga ». Ses histoires savent être touchantes et historiquement très intéressantes, mais ses personnages sont parfois agaçants par leurs mimiques surjouées. En même temps, c’est sur eux que pèsent la responsabilité d’alléger parfois le propos, d’amener quelques aspects plus comiques, dans des récits très sombres. L’histoire des 3 Adolf ne fait pas exception.

D’abord parce qu’on voit la Seconde guerre mondiale par le prisme japonais pour une fois. Tezuka est né en 1928 et a donc été profondément marqué par la guerre. Il nous montre ici tout ce qu’était la société japonaise de l’époque, faite de traditions et de fierté, accueillant des allemands, immigrés juifs fuyant l’Allemagne devenue inhospitalière ou dignitaires du parti nazi avec qui le gouvernement japonais entretient d’étroites relations de collaboration. J’ai été intéressé par l’anecdote des documents prouvant l’ascendance juive d’Hitler, que je ne connaissais pas, et qui s’avère totalement inexacte mais qui a visiblement passionnée l’auteur. Le récit commence au début des années 30 et se termine en plein conflit israélo-palestinien dans les années 60, comme pour nous montrer les ramifications des différents conflits. L’affrontement avec la Chine est d’ailleurs lui aussi évoqué.

Les personnages sont toujours très crédibles chez Osamu Tezuka. Ils sont faillibles et courageux en même temps. Les deux Adolf sont les plus intéressants à suivre : ils évoluent et leur amitié se développe. Le lecteur se demande bien comment tout cela pourra se terminer à partir du moment où Adolf Kaufman est envoyé en Allemagne suivre la formation des Jeunesses Hitlériennes. Le lavage de cerveau passé, il est étonnant de voir que le jeune homme continue à considérer Adolf Kamil comme un ami tout en étant désormais pétri de la doctrine nauséabonde des nazis. Sohei Toge est quant à lui déjà un homme dans la force de l’âge quand il embrasse son destin. Il fait preuve de beaucoup de courage et de persévérance. Pour un récit datant des années 80, la part belle est faite aux femmes, qui prennent toute leur place dans l’intrigue.

Planche de L'histoire des 3 Adolf, d'Osamu Tezuka

Les dessins, un poil vieilli à mon goût, sont par contre tout à fait clairs et lisibles. La construction est fluide et compréhensible, ce qui n’est pas toujours le cas d’œuvres plus récentes, qui privilégient souvent l’action à l’émotion. Le trait est clair et expressif et sert parfaitement une narration qui reste rythmée.

Le récit pêche sur l’aspect thriller : la course après les fameux documents compromettant ne mène au final nulle part, n’étant donc qu’un prétexte pour faire se croiser les 3 Adolf. C’est donc bien davantage sur l’amitié entre Adolf Kamil et Adolf Kaufman que tout est centré. Et les réactions parfois caricaturales des personnages, sensées alléger le propos et permettre au lecteur de souffler un peu dans ce déferlement de noirceur, ont eu tendance à en émousser les effets.

L’histoire des 3 Adolf reste néanmoins un manga majeur à découvrir, pourquoi pas d’ailleurs pour aborder ce genre si vous n’êtes pas un habitué.

L'histoire des 3 Adolf (4 tomes), d'Osamu Tezuka
Éditions Delcourt/Tonkam
Mai 2008

3 commentaires :

c'era una volta a dit…

Alors que ça ne me disait rien au départ ce manga, tu parviens par ton avis à me donner l'envier de m'y intéresser. Merci!

Violette a dit…

très tentée, dommage que tu émettes quelques bémols...

La chèvre grise a dit…

@ C'era : Si tu ne connais pas Tezuka de toute façon il faut découvrir. C'est un des maîtres du genre.

@ Violette : mon bémol vient surtout du côté un peu daté, mais replacé en contexte, ça s'explique tout à fait. Juste que depuis, tellement de mangakas se sont inspirés de ce qu'il a fait et l'ont poussé plus loin, que forcément...