ShareThis

21 juin 2017

Monsieur désire ? [Hubert & Virginie Augustin]

Les auteurs : Hubert est un coloriste et scénariste de bande dessinée français né en 1971. Il a travaillé notamment avec Kerascoët sur la série Miss pas touche. Il s'associe ici avec Virginie Augustin, dessinatrice née en mars 1976, qui a collaboré avec Lupano sur la série Alim le tanneur.

L'histoire : Dans l'Angleterre victorienne, Lisbeth, une domestique plutôt discrète, vient d'entrer au service d'Édouard, un noble irritant de suffisance, provocateur et blasé. Habitué à choquer son entourage par le récit de ses frasques, ce jeune dandy découvre en sa nouvelle servante quelqu'un de moins docile et impressionnable qu'il ne le croyait. Face à ses piques, celle-ci reste imperturbable, ne répondant que par un regard empreint de compassion sincère. Entre les deux, malgré leurs disparités sociales, une étrange complicité va naître au gré de joutes verbales plus ou moins intenses. De servante, Lisbeth va devenir confidente. Non sans éveiller quelques jalousies chez les autres domestiques...

Mon avis : On pourrait égrener longtemps les références qu’on pourrait deviner à cet album : Downton Abbey, Oscar Wilde, Choderlos de Laclos… Nous avons ici un sujet déjà vu, celui de la perversion d’un aristocrate oisif qui, jouant de sa position supérieure, tente de faire tomber une jeune servante vertueuse mais douce. Vice contre vertu. Entre fascination et dégoût, le lecteur écoute la litanie des perversions auxquelles Monsieur s’adonne. Il s’ennuie le pauvre, alors il va toujours plus loin, cherchant à choquer et provoquer tout un chacun. Jusqu’à ce qu’une bonne nouvellement arrivée à son service le regarde sans le juger. Une étrange relation s’installe bientôt entre eux, que pourtant tout oppose.

Peu recommandable, monsieur Edward l’est indubitablement. Mais comme Lisbeth, le lecteur se prend à espérer plus sous cette carapace de dépravation. Une forme de tendresse semble poindre de leurs étranges échanges. Au point d’y perdre sa vertu ? Car étant femme et domestique, c’est elle qui a forcément tout à perdre. La peinture sociale de ce XIXe siècle britannique est magnifiquement rendue, avec toute la cruauté des relations entre des classes sociales différentes et des dialogues cyniques au possible. L’un a tout pour être heureux avec son appartenance à l’aristocratie, l’autre trime du matin au soir dans son rôle de domestique. L’un est un homme et a tout pouvoir, n’hésitant pas à en user d’ailleurs, l’autre est une femme et doit se protéger des ragots. Chacun a sa place. Tout en y restant, Lisbeth saura-t-elle sauver Edward ?

Monsieur désire ? de Hubert et Augustin, page 19
Le dessin de Virginie Augustin sert la crudité des propos sans voyeurisme, avec un petit côté rétro qui sied parfaitement, mais aussi un dynamisme qui surprend. Au fil de pages parfois sans paroles, il révèle la complexité plus grande de ce dandy que les mots seuls ne pourraient le laisser entendre. Et le visage soit disant ingrat donné à Lisbeth incite à se demander où se cache la vraie beauté.

L'album se termine par un cahier très intéressant expliquant le contexte social de l'époque, le fonctionnement de la société victorienne et la ruée vers l'or aux États-Unis, seul espoir d'une autre vie pour certains.


Monsieur désire ?, d'Hubert & Virginie Augustin
Éditions Glénat
Septembre 2016

4 commentaires :

c'era una volta a dit…

Une référence à Downton Abbey (suis en plein dedans!), je prends pour ça et pour tout ce que tu en dis ensuite :)

Merci de la découverte miss

La chèvre grise a dit…

@ C'era : forcément, ça attire hein ;)

Faurelix a dit…

J'ai beaucoup aimé cette BD ! Une belle découverte pour moi.

Sandrine a dit…

Voilà une BD qui pourrait me faire passer un bon moment...