ShareThis

20 octobre 2017

Louvre #13 : Les taureaux ailés

Nous revoici pour la présentation d'une œuvre du Louvre, plus d'un an depuis la dernière fois. Et aujourd'hui, je vous parle des taureaux androcéphales ailés.

Il s'agit de majestueuses sculptures que le visiteur peut voir en passant dans les salles des Antiquités orientales. Taillé dans un seul bloc d'albâtre gypseux, le taureau mesure plus de 4 mètres de haut sur 4 mètres de large et est épais d'1 mètre.

Taureau androcéphale ailé

La tête est le seul élément humain de la composition mais les oreilles sont celles d'un taureau. Le visage représente un homme, barbu, dont les traits sont très précis. Je suis toujours fascinée par ce sens du détail et par la façon de montrer la pilosité : c'est fort et terriblement vivant. Le nez est puissant et l'ensemble dégage une grande impression de force, toute en sérénité.

Inscription à la gloire du souverain
Notez une bizarrerie : il possède 5 pattes et non 4. En fonction de votre position pour le contempler, vous pourrez ainsi voir un taureau au repos ou en mouvement. Il possède sur son flan une aile de rapace, qui va de l'épaule jusqu'au dessus de l'arrière-train en se déployant. Entre les pattes arrière, une inscription cunéiforme rend hommage au souverain.

Taureaux androcéphales ailés, gardiens des portes

Car il s'agit d'un élément des façades du palais de Sargon II, situé dans la citadelle de Dur-Sharrukin (actuelle Khorsabad en Irak), 717-706 av. JC. Les taureaux sont caractéristiques des décors de palais assyriens. Génies protecteurs, ils sont les gardiens des portes de la ville ou du palais, assurant une protection contre les ennemis et disposés de part et d'autres des ouvertures. Bien plus qu'un simple décor, ils reçoivent une partie du poids des voûtes.

Les fouilles entreprises par Paul-Emile Botta, à partir de 1843, permirent de dégager le site et de mettre au jour une partie des œuvres qui furent envoyées au Louvre en 1847.

Dans cette salle de Khorsabad, le visiteur découvre également tout autour différentes sculptures du palais.

Héros maîtrisant un lion
Personnage tenant un ibex et une fleur de pavot
Dans cette salle, le taureau dont la tête est tournée vers les visiteurs est en fait une reproduction en plâtre, copie d’une œuvre conservée à Chicago par l’Oriental Institute Museum.

Réplique d'un taureau ailé