ShareThis

27 novembre 2017

L'indien blanc [Craig Johnson]

Et on continue les aventures du Shérif Longmire de Craig Johnson, après le tome 2 Le camp des morts, voici le troisième L'indien blanc.

L'histoire : Walt Longmire, le shérif du comté d'Absaroka, n'a pas pour habitude de s'éloigner de ses terres familières du Wyoming. Quand il décide d'accompagner son vieil ami Henry Standing Bear à Philadelphie, où vit sa fille Cady, il ne se doute pas que son séjour va prendre une tournure tragique. Agressée pour une raison inconnue, Cady se retrouve dans le coma, première victime d'une longue liste, et Walt doit se lancer sur la piste d'un vaste réseau de trafiquants de drogue. Commence alors une longue errance urbaine sous la surveillance d'un mystérieux Indien blanc.

Mon avis : Vous qui me suivez savez que je ne suis pas portée sur le nature writing. Mais il y a chez Craig Johnson une écriture vraiment particulière qui vous plonge merveilleusement dans une ambiance, un décor, des relations entre personnages, tout en vous divertissant avec une enquête, plus ou moins secondaire selon les tomes.

Ici, point de Wyoming mais la Pennsylvanie, forcément plus urbaine que rurale. Changement de décor donc pour notre Shérif et la Nation Cheyenne qui l'accompagne. Nos deux compères ne manquent pas de se faire remarquer, pour notre plus grande joie : c'est que rien qu'à leur look, ils ne passent pas inaperçus au milieu des cols blancs des avocats, policiers et politicards en tout genre de Philly. Il faut tout le flegme de Longmire, même mis à rude épreuve, pour détricoter l'intrigue faite de magouilles et de trafics. Cette enquête fait encore une fois la part belle aux personnages, dont la ville, et l'ambiance à tout le temps pour s'épanouir.

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé Walt Longmire, personnage bourru et attachant. Les non-dits portent beaucoup d'émotions dans les récits de ses aventures. Ils atteignent ici des sommets puisque Cady est dans le coma. Mais la palme revient à toute la famille de Vic, l'adjointe du Shérif, qui habite la ville de Philadelphie. Nous faisons alors connaissance avec toute une parenté haute en couleur qui explique beaucoup le tempérament de la dame. L'humour qui se dégage des échanges de tous ses personnages est savoureux. Des liens se tissent entre eux, peut-être seront-ils réutilisés dans les prochaines aventures.

Les grands paysages secs ou neigeux manquent légèrement, c'est sûr. Mais je ne doute pas que nous les retrouveront au prochain tome. Celui-ci en tout cas a sa pointe d'originalité et redonne souffle à des personnages qu'on apprécie toujours autant. Bref, si vous ne connaissez pas encore, filez découvrir, et sinon, filez continuer !

L'indien blanc, de Craig Johnson
Traduit par Sophie Aslanides
Éditions Gallmeister
Février 2013

2 commentaires :

keisha a dit…

Est ce parce qu'on laisse le Wyoming? Ce n'est pas mon préféré!

Alex Mot-à-Mots a dit…

Pas fan de nature writting non plus, et l'auteur ne me tente pas.