ShareThis

11 juin 2018

Azami [Aki Shimazaki]

Le premier tome du cycle L'ombre du chardon d'Aki Shimazaki, cette auteur canadienne d'origine japonaise déjà lue ici sur ce blog avec notamment tout son cycle Le poids des secrets.

L'histoire : Mitsuo Kawano, jeune trentenaire, est étonné quand il croise par hasard Gorô Kida, un ancien camarade de classe devenu le président d'une importante compagnie. Il est encore plus surpris lorsque celui-ci l'invite dans un club très sélect où travaille une autre ancienne amie d'école, la belle et mystérieuse Mitsuko, devenue entraîneuse.
Mitsuo mène une carrière de rédacteur pour une publication culturelle en attendant de fonder sa propre revue d'histoire. En dépit d'un certain détachement sexuel, il s'entend bien avec Atsuko, la mère de ses deux enfants. Il se contente de fréquenter les salons érotiques pour combler ses besoins. Mais ces retrouvailles fortuites ravivent en lui les rêves et les désirs de jeunesse.

Mon avis : En lisant Hôzuki, j'avais compris que le roman faisait partie d'un cycle et que je n'avais pas lu le premier tome, sans que cela ne gêne ma lecture pour autant. Mais curieuse de reprendre les choses dans l'ordre, j'avais noté ce Azami comme étant à découvrir, chose faite lorsque je suis tombée dessus à la bibliothèque.

J’ai retrouvé avec plaisir le style épuré et concis de l’auteur, tout en précision. Elle sait d’un rien laisser deviner les sentiments qui peuvent agiter ses personnages, planter un décor et une ambiance. En quelques pages, Aki Shimazaki nous propose de plonger au cœur de la société japonaise comme on a peu l’occasion de la voir, dans son quotidien le plus banal.

Cette fois-ci, on découvre le regard japonais sur le mariage. Souvent très conventionnel, il arrive que les hommes aillent voir ailleurs pour satisfaire des besoins purement physiques voire entretiennent une ou plusieurs maîtresses sans que cela ne remette en cause le foyer conjugal. Mitsuo aime sa femme et sa vie. Il sait se satisfaire de ce qu’il a sans aspirer à l’impossible. Il ne se lamente donc pas de la distance respectueuse qui s’est installée avec sa femme depuis la naissance de leur deuxième enfant. Ils font chambre à part. Lorsqu’il croise par hasard Mitsuko, son premier amour, inassouvi, c’est l’occasion pour lui de faire le bilan de sa vie et peut être de retrouver le chemin de l’amour conjugal.
"La vie parfaite n'existe nulle part. Sois content de ce que tu as."

Azami, de Aki Shimazaki
Éditions Actes Sud
Janvier 2015

2 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

Une auteure que je retrouve toujours avec plaisir.

La chèvre grise a dit…

@ Alex Mot-à-mots : exactement.