ShareThis

04 juillet 2018

Petites coupures à Shioguni [Florent Chavouet]

On retrouve à nouveau Florent Chavouet après ses carnets de voyage au Japon et son immersion dans le Louvre, mais pour un style encore différent : une enquête policière qui lui a valu le prix du polar au festival d'Angoulême 2015.

L'histoire : Kenji avait emprunté de l'argent à des gens qui n'étaient pas une banque pour ouvrir un restaurant qui n'avait pas de clients. Forcément, quand les prêteurs sont revenus, c'était pas pour Goûter les plats.

Mon avis : Florent Chavouet semble désormais suffisamment à l'aise avec le Japon pour quitter le genre du carnet de voyage et inventer une histoire qui se déroule dans un quartier urbain, mettant en scène policiers, yakuzas, voleuse et cuisinier. On croise également un tigre, des maquereaux, des crevettes, un panda et un hippopotame bleu. Bref, un joyeux mélange dont on cherche à retrouver le fil, toujours aussi bien mis en images par l’auteur, avec ce style si particulier. Il ne respecte toujours pas le format classique de la bande dessinée : pas de case ni de bulle, mais une explosion de couleurs et l’utilisation de toute la page, sans marges.


Planche Petites coupures à Shioguni de Florent Chavouet
Plusieurs faits divers sans lien apparent se déroulent au cœur de la nuit dans le quartier de Shioguni. Chaque protagoniste va donner sa version des faits qui est consignée dans un carnet d’enquête. Le récit se modifie donc au fur et à mesure que l’enquête avance. Et il est parfois compliqué de s’y retrouver. D’autant que chacun peut avoir des choses à cacher et . On court de tous les côtés pour retrouver des indices, on se lance dans de fausses pistes. Bref, ça ressemble à une véritable enquête mais je regrette que la fin ne soit pas plus éclairante.

C’est toujours bourré d’humour et on s’amuse beaucoup à suivre les élucubrations décrites et les multiples détails de chaque planche dans lesquels on cherche un indice.


Planche Petites coupures à Shioguni de Florent Chavouet

Petites coupures à Shioguni, de Florent Chavouet
Éditions Philippe Picquier
Novembre 2014

5 commentaires :

keisha a dit…

Ah ça oui, c'est original. Hélas ma bibli ne possède pas d'autre album de lui

She's a Rebel a dit…

Coucou :)
Mais au final, malgré ses défauts, est-ce que tu conseillerai cette BD ?
Merci pour ton avis en tout cas !

La chèvre grise a dit…

@ Keisha : je commence aussi à sortir frustrée de mes recherches à la bibli. Je voudrais découvrir des choses qu'ils n'ont pas :(

@ She's a rebel : il est bien, mais c'est pas le meilleur de Chavouet. Autant commencé par ces ultras connus "Manabe Shima" et "Tokyo sampo".

Violette a dit…

je suis complètement fan de ce dessinateur que j'ai déjà rencontré. Celui-là est pourtant celui que j'aime le moins!

La chèvre grise a dit…

@ Violette : je suis d'accord, c'est clairement pas son plus réussi. Mais ça reste tellement remarquable sa façon unique de dessiner et de raconter.