ShareThis

22 mai 2019

Abymes [Mangin, Griffo, Malnati et Bajram]

Les auteurs : Valérie Mangin est une scénariste française de bande dessinée, née en août 1973. Elle s'associe ici aux crayons successifs de Griffo, dessinateur belge de bande dessinée né en mai 1949, puis Malnati, dessinateur et scénariste français né en mai 1973, et enfin à Denis Bajram son compagnon, scénariste et dessinateur français de bande dessinée né en février 1970.

L'histoire : Entre enquête policière, conte philosophique et farce macabre, variations biographiques sur la vie de Balzac. Balzac est furieux. Non seulement la Revue de Paris a suspendu la publication de La peau de chagrin, mais en plus celle-ci a été remplacée par un feuilleton anonyme qui raconte dans un style tout balzacien la vie, et donc les turpitudes, d'un certain... Honoré de Balzac. Tout ce que l'écrivain a cherché à cacher avec le plus grand soin tout au long de son existence se retrouve exposé au grand jour, au risque de ruiner sa vie sociale, sa carrière, et même de le mener en prison ! Prêt à tout pour découvrir l'auteur de ce canular, il s'engage dans une quête qui le mènera au bout de lui-même.

Mon avis : Abymes est un triptyque original, qui ne fait sens que si on lit bien les trois tomes dans l’ordre. Le scénario est pensé par Valérie Mangin qui s’est entouré de trois dessinateurs différents pour chaque tome, chacun ayant du coup une couleur propre, ce qui passe d’autant mieux que les histoires se déroulent à trois époques différentes. Le titre l’indique immédiatement, il va être question de mise en abyme, chaque tome suivant l’évoquant avec une profondeur supplémentaire, jusqu’au dernier qui remet en question le travail même de l’auteur de bande dessinée.

Le premier est consacré à Balzac. C’est celui qui m’aura le plus perturbée car j’imaginais assez un fond véridique et j’ai été un peu frustrée de ne pas trouver une note expliquant ce qui était historique de ce qui ne l’était pas. Cela aurait permis de faire la part des choses plus facilement. Le récit commence comme une farce avant de partir dans une ambiance bien plus sombre.

Le deuxième est consacré au cinéaste Henri-Georges Cluzot, réalisant un film sur Balzac. Le récit joue exactement sur le même ressort : le cinéaste découvre des scènes privées rendues publiques. Cet épisode souffre d’une forme de redite.

Le troisième apporte une cohésion à l’ensemble et redynamise le tout, l’auteur nous prouvant qu’elle savait parfaitement où elle allait. Le virage fantastique est totalement assumé.

Personnellement, si l’exercice est intéressant, je n’ai pas été emportée : entre policier, fantastique et biographie non historique, je ne savais jamais trop sur quel pied danser et comme je n’ai pas particulièrement été sensible ni aux personnages ni à l’histoire, j’ai un peu l’impression d’être passée à côté.

Abymes, 3 tomes de Mangin, Griffo, Malnati et Bajram
Éditions Aire libre Dupuis
2013

4 commentaires :

Nicolas (livrepoche.fr) a dit…

J'aime bien quand il y a un effort pour faire original sur la narration et cela semble le cas avec ce triptyque.

Alex Mot-à-Mots a dit…

Mince, une déception pour toi ce triptyque.

nathalie a dit…

C'est dommage, le projet a l'air très intéressant. Quel dommage qu'il ne tienne pas ses promesses !

La chèvre grise a dit…

@ Nicolas : tout à fait !

@ Alex Mot-à-mots : oui, je n'ai pas accroché. Mais Mister lui oui. Donc...

@ Nathalie : c'est mon avis, mais Mister lui a beaucoup aimé par contre.