ShareThis

20 mai 2019

Eleanor Oliphant va très bien [Gail Honeyman]

L'auteur : Gail Honeyman est une auteur écossaise née en 1972. Eleanor Oliphant va très bien est son premier roman.

L'histoire : Même l'être le plus solitaire a parfois besoin d'un ami...
Eleanor Oliphant est un peu spéciale. Dotée d'une culture générale supérieure à la moyenne, peu soucieuse des bonnes manières et du vernis social, elle dit les choses telles qu'elle les pense, sans fard, sans ambages. Fidèle à sa devise " Mieux vaut être seule que mal accompagnée ", Eleanor évite ses semblables et préfère passer ses samedis soir en compagnie d'une bouteille de vodka. Rien ne manque à sa vie minutieusement réglée et rythmée par ses conversations téléphoniques hebdomadaires avec " maman ".
Mais tout change le jour où elle s'éprend du chanteur d'un groupe de rock à la mode. Décidée à conquérir de l'objet de son désir, Eleanor se lance dans un véritable marathon de transformations. Sur son chemin, elle croise aussi Raymond, un collègue qui sous des airs négligés, va lui faire repousser ses limites.
Car en naviguant sur les eaux tumultueuses de son obsession amoureuse et de sa relation à distance avec " maman ", Eleanor découvre que, parfois, même une entité autosuffisante a besoin d'un ami...

Mon avis : A force de voir ce roman sur la blogosphère, je me suis laissée tenter. Je savais qu’il était un peu particulier. Effectivement, Eleanor est loin d’être un personnage classique. A 30 ans, elle vit seule, sort peu de chez elle sauf pour se rendre à son travail, n’a pas d’amis et des relations compliquées avec ses collègues. Elle mène une vie faite de rituels et son visage porte une cicatrice due à un incendie dans son enfance. La solitude est son univers mais elle ne s’en plaint pas. Jusqu’à ce que sa route croise celle de Raymond qui va la forcer à sortir de sa coquille.

Eleanor est un personnage attachant et captivant. On s’amuse beaucoup au début du roman avec ses manies et sa franchise qui déstabilisent son entourage. On ne sait pas trop s’il faut ressentir de la pitié tant elle semble vivre la vie qu’elle souhaite. Une fois passée la surprise, le roman commence à trainer un peu en longueur mais c’est pour mieux nous surprendre à nouveau : Eleanor est bien plus que ce qu’elle parait. Un lourd secret la hante.

Moins léger que ce qu’il parait, ce roman propose une ambiance assez nouvelle, sous des aspects feel-good. L’auteur a su mêler les codes de genres bien différents habilement. Eleanor fait face à son passé et pour cela elle va devoir s’appuyer sur des amis. Au passage, elle découvrira qui elle est vraiment et ce, sans niaiserie ou romance particulière, ce qui est bien agréable. Je pense cependant que l’auteur Gail Honeyman aurait pu éviter les longueurs du milieu et trouver un autre moyen de bousculer son personnage sans la lancer dans un projet qui n’apporte pas grand-chose.

Eleanor Oliphant va très bien, de Gail Honeyman
Traduit par Aline Azoula-Pacvon
Éditions 12/21 pour Kindle
Septembre 2017

4 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

Qu'est-ce que j'avais aimé ce roman. J'attends toujours la suite....

keisha a dit…

Beaucoup aimé ce roman aussi. Ha oui, l'histoire avec ce chanteur, ça pèche un peu comme moyen de la sortir du marasme, mais c'était une idée de départ, quoi.

La chèvre grise a dit…

@ Alex Mot-à-mots : ah bon, il y a une suite de prévue ?

@ Keisha : oui, l'histoire de chanteur n'est pas crédible pour deux sous. Je pense qu'il y aurait eu moyen de faire mieux et plus simple.

Alex Mot-à-Mots a dit…

La fin laisse présager une suite, mais je peux me tromper.