ShareThis

11 novembre 2019

Le corbeau d'Oxford, une enquête de Loveday & Ryder [Faith Martin]

L'auteur : Faith Martin est un pseudonyme pour l'auteur Jacquie Walton, qui a écrit des romances et romans policiers se déroulant souvent à Oxford. Le corbeau d'Oxford est son premier roman traduit en français.

L'histoire : Oxford, 1960. Lorsque Sir Marcus Deering, un riche industriel de la région, reçoit plusieurs lettres de menace anonymes, il prend le parti de ne pas s'en inquiéter. Mais bientôt, un meurtre est commis, et les meilleurs éléments de la police d'Oxford sont mobilisés. La toute jeune policière Trudy Loveday rêverait de participer à une affaire aussi importante, mais ses supérieurs coupent rapidement court à ses ambitions. Écartée de l'enquête et chargée d'assister le brillant mais peu amène Dr Clement Ryder, médecin légiste, sur une affaire classée, elle se retrouve pourtant très vite au cœur d'une énigme qui pourrait bien la mener sur la piste du mystérieux corbeau d'Oxford...

Mon avis : Le corbeau d’oxford fait partie de ces petits romans policiers campagnards anglais qu’on apprécie un jour pluvieux autour d’une tasse de thé. Rien de très original mais le couple d’enquêteurs est attachant : un mentor et sa jeune apprentie qui nous livrent ici un whodunit classique et sympathique.

La jeune Trudy Loveday est ambitieuse. En cette année 1960, à peine âgée de 19 ans et toute jeune stagiaire à la police d’Oxford, elle doit lutter contre les préjuger de sa famille, sa propre mère étant plus intéressée par sa vie sentimentale que professionnelle, et de ses chefs, prompts à estimer qu’une femme ne peut être bonne qu’à servir le thé. Son détachement auprès du coroner Clement Ryder pourrait être l’occasion de faire ses preuves et d’apprendre. Car derrière ses abords un peu rudes, Ryder semble apprécier l’enthousiasme et l’intelligence de la jeune fille.

En voulant rouvrir une vieille enquête, c’est sur la piste toute chaude du corbeau qu’ils vont se lancer. Pas d’utilisation de technologies modernes mais des neurones qu’il faut faire chauffer pour résoudre une enquête. Ce que je trouve dommage, ce de ne pas avoir davantage exploité le contexte historique des années 60. Seule la question de l’ambition professionnelle de la femme est à peine esquisser, il y avait surement matière à faire plus.

Ce premier roman d’une probable série s’avère être surtout un roman de présentation des personnages. On imagine assez qu’une belle complicité pourrait se tisser entre les deux protagonistes enquêteurs.

Le corbeau d'Oxford, une enquête de Loveday & Ryder, de Faith Martin
Traduit par Alexandra Herscovici-Schiller
Éditions Harper Collins
Juin 2019

4 commentaires :

dasola a dit…

Rebonsoir, c'est un titre que j'ai noté pour mes lectrices de la bibliothèque loisir dont je m'occupe. Bonne soirée.

La chèvre grise a dit…

@ Dasola : une petite lecture rapide et sans prétention. En cette période de l'année, ça passe très bien !

Alex Mot-à-Mots a dit…

Est-ce que tu vas lire la suite ?

La chèvre grise a dit…

@ Alex Mot-à-mots : sincèrement, je ne pense pas. Parce que je n'y penserai pas justement. Et qu'il y a déjà tellement à lire...