ShareThis

10 février 2020

Mary Ventura et le neuvième royaume [Sylvia Plath]

L'auteur : Née en octobre 1932 et morte en février 1963, Sylvia Plath est une célèbre poétesse américaine, connue pour ses œuvres, très marquées par la mort de son père et ses tentatives de suicide, et promue au rang d'icône féministe. Elle a reçu à titre posthume le Prix Pulitzer en 1982. Mary Ventura et le neuvième royaume est une nouvelle écrite en 1952 lorsqu'elle étudiait au Smith College et n'avait jamais été publiée avant 2019.

L'histoire : Les lèvres couleur sang, le soleil d’un orange inédit, les roues d’un train qui semblent dire «ta faute, ta faute, ta faute» : voilà quelques exemples des choses que Mary Ventura commence à remarquer, lors de son voyage en train vers le neuvième royaume.

«Mais qu’est-ce que le neuvième royaume ? » demande-t-elle à sa voisine, qui semble plus au courant. «C’est le royaume de la volonté pétrifiée. Il n’y a pas de voyage de retour.»

Mon avis : Voici un tout petit livre repéré chez Cachou qui semblait avoir été très troublée par ce récit. Effectivement, l’histoire commence de façon assez banale avant qu’une angoisse sourde ne s’installe doucement et prenne le dessus. Je n’en dirai pas plus pour ne pas gâcher votre lecture si vous êtes tenté.

Ce qui est troublant, c’est que chacun peut y voir beaucoup de choses. Personnellement et sur le coup, j’y ai vu la question de l’abêtissement des foules. Rétrospectivement, on y trouve aussi l’écho de la vie de Sylvia Plath, coincée entre conformisme étouffant et besoin vital de liberté. Et avec bien sûr, tous les thèmes de l’indépendance, du questionnement existentiel ou encore de la destinée. Et si le style n’a pas encore beaucoup de flamboyance, on est frappé par la maturité qui transparaît de cette si jeune personne.

Une première découverte donc de cette grande figure de la littérature et je serais assez intéressée par d’autres de ses œuvres.


Mary Ventura et le neuvième royaume, de Sylvia Plath
Traduit par Anouk Neuhoff
Éditions La table ronde
Mai 2019

5 commentaires :

Autist Reading a dit…

Cette nouvelle a été pour moi aussi une première découverte de cette pointure de la littérature américaine.
J'en attendais tellement que j'ai été plutôt déçu, notamment par la banalité de l'histoire mais aussi de l'écriture. Puis, après avoir laissé décanter, je me suis aperçu qu'on pouvait prêter au texte de multiples interprétations et que la richesse de ce texte tenait certainement plus en cela qu'à "deviner le fin mot" de l'histoire.

Lilly a dit…

J'avais beaucoup aimé un recueil de Sylvia Plath il y a quelques années. Cette nouvelle m'intrigue.

La chèvre grise a dit…

@ Autist Reading : je suis tout à fait d'accord avec toi. Le style est assez plat en fait, et l'histoire en tant que telle guère intéressante. Mais c'est bien dans toutes les interprétations possibles que se trouve toute la puissance.

@ Lilly : à l'inverse, il faudra que je découvre d'autres textes de l'auteur.

nathalie a dit…

Je ne croyais qu'elle n'avait écrit que des poèmes. Je suis ravie qu'il y ait aussi des romans, je commencerai sûrement par eux pour la découvrir !

La chèvre grise a dit…

@ nathalie : on est plus sur de la nouvelle là vu le tout petit format. Mais ça me trotte encore dans la tête plusieurs semaines après.