La fuite du cerveau [Pierre-Henry Gomont]

L'auteur : Né en 1978, Pierre-Henry Gomont est un auteur français de bande dessinée. Sociologue de formation, il se dirige vers le dessin où il est autodidacte.

L'histoire : Le cerveau du professeur Albert. L'organe cérébral le plus puissant de tous les temps. Il faudrait le prélever. Le conserver. L'étudier. Le protéger, aussi.
Mais comment faire lorsque, en matière de cerveau, on n'a soi-même pas été formidablement pourvu ?

Mon avis : À partir d’une histoire vraie, celle du vol du cerveau d’Einstein à sa mort, Pierre-Henry Gomont extrapole un récit fantaisiste et foutraque, très joyeux, servi par un dessin bigrement dynamique.

1955. On s’attache au Dr Stolz, médecin légiste de seconde zone dans un hôpital et surtout occupé à conter fleurette à une charmante neurologue. Alors qu’il est chargé de l’autopsie d’Einstein, il est pris par une impulsion subite et délirante : il ne peut pas laisser le cerveau du père de la relativité finir en cendres sans qu’il ait livré tous ses secrets. Il vole donc cet organe ce qui va l’entraîner dans un road movie, obligé de fuir devant les poursuites du FBI et des journalistes qui se lancent à ses trousses.

Sans temps mort, drôle et avec moult rebondissements, le scénario nous entraine dans une histoire surprenante et inattendue, servie par un dessin vif. En faisant revivre un Albert Einstein lobotomisé, chapka sur la tête, Pierre-Henry Gomont a eu une idée de génie : il donne corps à un personnage attachant dont on aimerait connaître les moindres secrets. On s’identifie alors tout à fait à Stolz. Et en fil rouge, la question de l’émergence des idées. D’où viennent-elles ? Même dans le cerveau d’un génie, ce n’est pas si évident. Et quand l’âge s’en mêle, le corps et le cerveau entament leur lente déchéance.

Le seul reproche : la police utilisée qui ne facilite pas la lecture le soir. 

Une comédie décalée et originale. À découvrir. 


La fuite du cerveau, de Pierre-Henry Gomont
Éditions Dargaud
Septembre 2020

Commentaires