ShareThis

01 juin 2018

Everybody knows, de Asghar Farhadi

Film hispano, franco italien de Asghar Farhadi sorti le 9 mai 2018 avec Penélope Cruz, Javier Bardem, Ricardo Darín.

L'histoire : A l’occasion du mariage de sa sœur, Laura revient avec ses enfants dans son village natal au cœur d’un vignoble espagnol. Mais des évènements inattendus viennent bouleverser son séjour et font ressurgir un passé depuis trop longtemps enfoui.

Mon avis : Avec des places de cinéma à utiliser rapidement, j'ai décidé de sortir de ma zone de confort. Il faut dire que dans la catégorie des films mainstream que je vais voir d'habitude, rien ne me tentait. Par contre, j'avais vaguement entre-aperçu Penélope Cruz et Javier Bardem en entretien à Cannes sur ce film et je me suis dit "pourquoi pas".

Il est clair qu'ici il ne s'agit pas d'un divertissement qui sort des problèmes du quotidien. Le film est très ancré dans la réalité. Une femme et ses deux enfants arrivent dans un petit village d'Espagne pour assister à un mariage. Alejandro le mari n'a pas pu quitter l'Argentine. Tout à l'air de bien aller pour eux, chacun est content de se retrouver. Mais un drame lors de la réception va tout bouleverser.

C'est superbement interprété et filmé. Les acteurs sont tous parfaits, alors même que j'avais une pointe d'inquiétude pour les deux têtes d'affiche, craignant qu'elles ne focalisent trop l'histoire. Bien au contraire, à partir du drame, on ne voit plus les acteurs mais bien les personnages, cette mère perdue et prête à tout et cet homme qui choisit volontairement de tout perdre pour continuer à se regarder en face, victime d'une situation qui lui échappe. Le jeu de Cruz et Bardem est tout en sobriété et justesse. Ricardo Darín campe un bigot jalousé de tous et jamais vraiment accepté dans la famille.

Quant à la réalisation, elle ne juge jamais, mais montre les membres de cette famille se déchirer et ressortir les vieilles rancœurs jamais soldées. Le poids du secret et des non-dits est terrible. C'est lui qui amène le drame que vit Laura. Et les dernières images laissent entendre que la leçon n'a pas été apprise. Au-delà du drame, le réalisateur joue des codes du thriller pour faire monter la tension. On cherche le coupable en même temps que les protagonistes.

Deux étonnements cependant. Le premier : à aucun moment il n'est question des mariés qui voient ce jour si important pour eux gâché à jamais. La famille se disloque devant eux qui sont à l'aube d'en construire une. De la même façon, la réplique finale du neveu de Paco met en évidence une histoire avortée avant même d'avoir pu commencer. Et le second sur l'intérêt de traduire le titre espagnol en anglais pour le sortir en France. Il me semble préférable soit de garder le titre espagnol soit de traduire en français. Je ne vois pas le pourquoi de l'anglais.

2 commentaires :

Anonyme a dit…

Mes collègues me l'ont tous conseillés celui-ci. Je ne sais pas si j'aurai le courage d'aller le voir … je n'aime pas trop les films "réels" et encore moins quand ils ne finissent pas. Mais ton avis est tentant malgré cela :) Mypianocanta

La chèvre grise a dit…

@ MyPi : ce n'est pas toujours forcément ma tasse de thé non plus, mais j'ai aimé l'ambiance de celui-ci. Je ne connaissais pas l'histoire, je sentais un drame se profiler, la tension qui monte, l'écho de souvenirs de cette Espagne rurale que j'ai pu gouter un peu en allant à Cadix.