Articles

Miss Alabama et ses petits secrets [Fannie Flagg]

Image
Voici pas loin de neuf ans que j’ai lu et chroniqué ici le fameux  Beignets de tomates vertes  de Fannie Flagg.  L'histoire : Il est loin le temps où Maggie représentait fièrement l'Alabama, au concours de Miss America. À 60 ans, fatiguée, elle pense avoir connu le meilleur de la vie et s'apprête à mettre fin à ses jours, sur la pointe des pieds, sans gêner personne. Seulement il fallait que Brenda téléphone à ce moment-là. Deux places pour un spectacle de derviches tourneurs, dans huit jours, ça ne se refuse pas... Pour faire plaisir à son amie, Maggie accepte de retarder l'échéance d'une semaine. Et ces quelques jours vont lui montrer que l'existence a encore beaucoup plus à lui offrir qu'elle ne le croyait... Mon avis : Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis ma lecture de  Beignets de tomates vertes Comme beaucoup, j’avais adoré. Aussi, en cette période où toute lecture m’est un peu compliquée, j’ai choisi de revenir à cette autrice pour te

Grande galerie de l'évolution

Image
Visitée en 2020 juste avant le premier confinement, il y avait longtemps que je voulais aller voir cette fameuse Grande galerie de l'évolution du Muséum national d'histoire naturelle, qui est composé de plusieurs bâtiments dont la Galerie d'anatomie comparée et de paléontologie . C’est un espace d’exposition qui porte sur l’évolution des espèces et la diversité du monde vivant. On y trouve donc des espèces existantes, menacées voire disparues. La Grande nef centrale de la Galerie de l'évolution Très didactique, l'ensemble est découpé en trois espaces. Le rez de chaussée et le premier niveau sont dédiés à la diversité du vivant, d'abord en milieu marin avant de considérer le milieu terrestre. Le deuxième niveau présente l'impact de l'Homme, dont toute une galerie dédiée aux espèces définitivement éteintes. Enfin le dernier niveau illustre l'évolution de la vie. Une belle visite, incontournable, qui montre toute la diversité de la vie sur notre belle

Jusqu'au dernier [Felix & Gastine]

Image
Les auteurs : Né en 1972 en Normandie, Jérôme Felix est un scénariste de bande dessinée français. Il a collaboré avec Paul Gastine, dessinateur français né en août 1985, pour créer la série L'héritage du diable qui commence à paraître en 2009. Ils reprennent leur collaboration dix ans plus tard pour Jusqu'au dernier , qui obtient le prix BD-Fnac Belgique en 2020. L'histoire : Un western crépusculaire et magistral à l’heure des derniers cowboys. L’époque des cow-boys tire à sa fin. Bientôt, ce sont les trains qui mèneront les vaches jusqu'aux abattoirs de Chicago. Accompagné de Benett, un jeune simplet de 20 ans, Russell a décidé de raccrocher ses éperons pour devenir fermier dans le Montana. En route, ils font halte à Sundance. Au petit matin, on retrouve Benett mort. Le maire préfère penser à un accident plutôt qu’à l'éventualité d'avoir un assassin parmi ses concitoyens et chasse Russell de son village. Mais le vieux cow-boy revient à la tête d'une band

E-réel [Aurélie Zerah]

Image
L'auteur  : Aurélie Zérah est une toute jeune autrice française. Elle a publié ici son projet de fin d'études pour le Master de Création littéraire, qu'elle a obtenu en 2016. L'histoire  : William est un petit employé de Kappa Circle, un célèbre éditeur de jeux vidéo. Suite à un bug informatique, il se retrouve en contact avec Tim, une hackeuse qui tentait de pénétrer le réseau de l'entreprise. Saisissant l'occasion de changer de vie, il lui propose son aide. Mais Tim, distante et énigmatique, lui demande beaucoup plus : elle se sent en danger et lui seul pourrait la sauver. Quel est le véritable objectif de la jeune femme ? À quoi joue-t-elle ? Quels secrets essayait-elle de dérober à Kappa Circle ? Les réponses attendront ; la partie a déjà commencé. Pour sauver Tim et connaître sa véritable identité, William devra redoubler d'ingéniosité et faire face à une technologie toujours plus perfectionnée. Et à ce jeu-là, il ne disposera que d'une vie : la

Séries #23

Image
 Raised by wolves Alors que les êtres humains se déchirent sur fond de guerres de religion, les robots apprennent qu'il est compliqué et dangereux de vouloir contrôler les croyances des humains. Pendant ce temps, deux androïdes tentent d'élever un enfant humain sur une planète vierge. Le premier épisode est très prometteur : une série de science-fiction qui plonge au plus profond de la nature humaine et annonce beaucoup de possibilités. Elle reconstruit le mythe d'Adam et Eve créant l'humanité et questionne la nature du lien familial. Elle accroche bien le spectateur, suffisamment en tout cas pour qu'on poursuive sur les épisodes suivant qui vous embarquent. C'est très ambitieux. Peut-être trop. Car la fin est en demi-teinte, coincée par le fil d'intrigues parfois bancales liées aux multiples personnages adversaires et un délire Alien qui laisse un peu pantois. Visuellement ça reste fascinant mais narrativement, ça s'enlise. Le jeu de la dame En pleine G

Swan [Néjib]

Image
Il y a trois ans et demi, j'avais adoré découvrir Stupor Mundi de Nejib. Aussi, quand j'ai trouvé ces deux tomes à la bibliothèque, je ne me suis pas posé de question et je suis repartie avec. L'histoire : Tout juste débarqués de New York, Scottie et sa sœur Swan n'ont qu'une idée en tête : intégrer les Beaux-Arts de Paris. Guidés par leur cousin Edgar Degas, ils découvrent qu'une frénésie artistique sans précédent anime la capitale. Mais quel est le prix à payer pour intégrer ce monde en pleine effervescence ? Si la passion de l'art règne ici, les rivalités et les coups bas font aussi partie du décor... et Swan devra, plus que les autres, user de ressources insoupçonnées pour dessiner son destin. Mon avis :  Deuxième moitié du XIXe siècle. De par sa condition de femme, Swan ne peut espérer entrer à l’Académie. En attendant de trouver sa voix, elle navigue au milieu de grandes figures de l’art, dont certaines m’étaient inconnues : Degas, Monet, Roquepla

Le bonheur est au fond du couloir à gauche [J.M.Erre]

Image
Cinq ans depuis ma dernière lecture d'un roman de J.M Erre, avec Le grand n'importe quoi . Il était largement temps que je retrouve l'auteur. L'histoire : Enfant morose, adolescent cafardeux et adulte neurasthénique, Michel H. aura toujours montré une fidélité remarquable à la mélancolie. Mais le jour où sa compagne le quitte, Michel décide de se révolter contre son destin chagrin. Il se donne douze heures pour atteindre le bien-être intérieur et récupérer sa bien-aimée dans la foulée. Pour cela, il va avoir recours aux pires extrémités : la lecture des traités de développement personnel qui fleurissent en librairie pour nous vendre les recettes du bonheur... Mon avis : Un roman de J.M. Erre, c’est toujours décalé voire déjanté. Ici, l’auteur nous convie dans un huis-clos où le narrateur, Michel H., se retrouve face à ses angoisses une fois que sa copine Bérénice le quitte. Elle ne lui laisse qu’un carton plein de livres de développement personnel visant à trouver l