ShareThis

13 mai 2009

La passion Lippi [Sophie Chauveau]

Ce livre semble être le premier volet d'un triptyque de l'auteur consacré aux peintres de la Renaissance en Italie avec Boticelli et de Vinci.

L'auteur : Sophie Chauveau est écrivain, auteur de romans, d'essais, de pièces de théâtre et d'une monographie sur l'art comme langage de l'amour. Son travail sur les peintres de la Renaissance a demandé beaucoup d'années.

L'histoire : Florence 1414. Un enfant hirsute, aux pieds couverts de corne, griffonne furieusement une fresque remarquable à même le sol d'une ruelle des bas-fonds de la ville. Miraculeusement repéré par Cosme de Médicis, placé au couvent des carmes, il va faire souffler un vent de passion sur la peinture de la Renaissance. Moine et libertin, artiste intransigeant et manipulateur sans scrupules, futur maître de Botticelli, ses sublimes madones bouleversent son époque. Elles lui sont pourtant très intimement inspirées par les filles des maisons de plaisir de Florence qui en ont fait leur petit prince caché. Bravant tous les interdits et jusqu'à l'autorité suprême du Pape, il commet par amour l'ultime provocation. Le scandale le pousse à l'exil et le renvoie au secret sanglant enfoui au cœur de son enfance. Peintre voyou, ange ivre, fra Filippo Lippi invente un rapport nouveau entre l'art et le monde de l'argent et, le premier, fait passer les peintres du statut d'artisans estimés à celui d'artistes reconnus.

Mon avis : La période de la Renaissance a toujours été ma période préférée pour la peinture. Un voyage à Florence dans ma jeunesse a achevé de me conquérir. Avec un style simple et fluide, Sophie Chauveau nous embarque pour cette époque remarquable par l'intensité du talent et la multitude des artistes qui travaillent sur des oeuvres aujourd'hui de renommée mondiale. En choisissant, pour ce premier volet, un artiste parmi ceux les moins connus de la Renaissance italienne, Sophie Chauveau nous intéresse d'autant plus à l'art de l'époque et au dessin de la société florentine, gouvernée par les Médicis, en pleine expansion et qui embrasera toute l'Europe par la qualité des oeuvres qu'elle propose. Ici, elle nous fait le dessin d'un homme mi-divin mi-démoniaque pour son art autant que pour son comportement avec ses contemporains.