ShareThis

31 mai 2009

Millenium, de Niels Arden Oplev

Film suédois et danois, réalisé par Niels Arden Oplev, sorti le 13 mail 2009, avec Michael Nyqvist, Noomi Rapace, Lena Endre (que des acteurs scandinaves donc, vous l'aurez compris :-)).

L'histoire : on reprend ce que je vous avais dit lors d'un de mes premiers billets (ici) ; Mikael Blokvist est un journaliste économique dans le magazine Millenium. Condamné pour diffamation, il décide de prendre de la distance avec sa vie et son métier. Mais Henrik Vanger, grande figure de l'industrie suédoise, fait appel à lui afin d'enquêter sur un meurtre non élucidé, celui d'Harriet Vanger, nièce du grand homme et disparue à l'âge de seize ans...

Mon avis : Voilà l’adaptation ciné d'un des phénomènes littéraires les plus marquants de la décennie. J'ai lu les livres et, si j'ai bien aimé, c'était sans plus. Je suis allée voir ce premier volet avec des amis qui n'avaient pas lu l'histoire. L'intrigue a été allégée pour être plus facilement compréhensible, notamment sur les personnages secondaires (le directeur de Milton Security, la directrice de Millenium...). Aucune originalité de la part de Niels Arden Oplev, qui reste très sage et académique. C'est dommage car les décors nordiques auraient pu se prêter à un travail sur la photographie. Un tel buzz autour des livres ne pouvait que nuire à une mise à l'écran, par un statut de bête curieuse que tout le monde attend au tournant.
Sans ce statut, Millénium remplirait bien son rôle de polar glauque et tendu, avec des paysages de froid scandinave, du suspense et des scènes haletantes. Un très bon polar donc, même si rien de bien extraordinaire.
Il faut souligner la volonté clairement affichée de prendre un réalisateur et des acteurs suédois et de tourner les scènes en Suède. Pour avoir vu le film en VOST, cela ajoute au charme scandinave de ce film.

1 commentaires :

Soie a dit…

Je n'y suis toujours pas allée ... sourire ... le temps que je me décide, il sera sorti en DVD ;-)
Il est certain que le succès triomphal des livres place la barre très haut pour les cinéastes.
La VOST doit sans aucun doute ajouter au dépaysement :-)