ShareThis

11 août 2009

Inconnu à cette adresse [Kressmann Taylor]

L'auteur : Katherine Kressmann Taylor est née en 1903 et morte en juillet 1997. Elle est principalement connue pour sa nouvelle Adress Unknown. Elle est américaine, mais d'origine allemande. Correctrice et rédactrice, elle commence d'abord à écrire sur son temps libre, avant d'en faire son occupation à plein temps après son mariage. Story Magazine accepte en 1938 de publier sa nouvelle, soit un an avant le début de la Seconde Guerre Mondiale.

L'histoire : 1932. Martin Schulse, un Allemand, et Max Eisenstein, un Juif américain, sont marchands de tableaux en Californie. Ils sont aussi unis par des liens plus qu'affectueux - fraternels. Le premier décide de rentrer en Allemagne. C'est leur correspondance fictive entre 1932 et 1934 qui constitue ce livre, et permet de voir, depuis les États-Unis, la modification des esprits en Allemagne avec l'arrivée d'Hitler au pouvoir.

Mon avis : Courte, cette nouvelle n'en est pas moins très forte. Juste deux trois lettres sont nécessaires pour sentir le profond lien qui attache ces deux êtres. Et pourtant, la fin est terrifiante. Elle montre comment tout un chacun peut basculer dans le crime et l'horreur pour peu qu'on l'y pousse, que ce soit par des paroles blessantes à un ami ou par la pression de toute une société. Cette œuvre est une photo d'une période de l'Histoire, sans aucune mièvrerie, sans aucune complaisance pour aucun des deux protagonistes. Un livre à lire absolument !

J'ai également vu ce texte au théâtre en 2006, au Lucernaire, mis en scène par Xavier Béja avec beaucoup de brio. Tout le jeu des acteurs étaient en légèreté et en retenue. J'avais été étonnée et agréablement surprise, sachant la complexité du sujet.

5 commentaires :

Ys a dit…

Excellent texte en effet, superbement construit et implacable. J'aime ce genre de nouvelle où tout est dans la chute.

petite fleur a dit…

C'est un choc, ce petit livre !

Ori a dit…

Je rage, j'aurais aimé voir la pièce, car le livre est bouleversant!

petite fleur a dit…

Et la mise en scène de Xavier Béjà rendait bien ce côté bouleversant. Mais ça ne m'étonnerait pas que la pièce ressorte un jour...

Kali a dit…

En effet, quelle chance d'avoir l'adaptation théâtrale! Un bijou, cette nouvelle.