ShareThis

04 octobre 2009

Le Prince [Nicolas Machiavel]

L'auteur : Nicolas Machiavel est le nom francisé de Niccolo Macchiavelli, penseur italien de la Renaissance, né en mai 1469 et mort en juin 1527. Il est à l'origine du terme "machiavélisme".

Il Principe, en français Le Prince a été publié en 1532 et donc de façon posthume, mais certainement écrit dès 1513. Ce livre est mis à l'index en 1559, puis censuré plus tard en Italie.

L'histoire : Ce livre est un traité destiné à l'édification des chefs d'État(s) et plus précisément à Laurent le Magnifique. Machiavel y rassemble ses réflexions sur la meilleure façon de conserver un État en son pouvoir, que celui-ci soit hérité ou conquis, ainsi que les erreurs à éviter.

Mon avis : Traité clairement philosophique et politique, il ne s'agit pas ici d'une lecture de divertissement. J'avoue l'avoir lu en diagonale. Néanmoins, c'est intéressant et le style, bien qu'assez daté, ne freine ni la lecture ni la compréhension.
L'idée principale de ce texte a effectivement dû gêner l'hypocrisie de l'époque : il ne s'agit pas d'être bon et vertueux pour exercer un juste pouvoir sur les autres, mais bien d'avoir en mains toutes les techniques pour conserver le pouvoir. La question d'être un souverain bon ne se pose que lorsque le pouvoir est assuré entre ses mains.

Ce traité n'est donc pas particulièrement moral. Machiavel étudie les réalités historiques des conquêtes et de l'exercice du pouvoir par de grands noms de l'Histoire (Alexandre le Grand, les Romains, Louis XII...) pour décrire les erreurs commises ou les réussites dans la régulation des désirs et des aspirations de chaque peuple. Ainsi Machiavel explique-t-il clairement que le meilleur moyen de conquérir un peuple étranger est bien de détruire purement et simplement plusieurs villes assez importantes, empêchant tout soulèvement de celles-ci et toute envie de soulèvement chez les autres. Le but recherché n'est pas d'être aimé, mais d'être respecté.

"Car, en y réfléchissant bien, on constatera que certaines choses paraissent vertueuses qui pourtant, à les suivre, entraîneront la ruine du Prince, tandis que d'autres, qui paraissent vicieuses, lui donneront bien-être et sécurité" (p74).

Ce livre a été lu dans le cadre d'une lecture commune avec Kali, Julien, et Belle de Nuit. N'hésitez pas à aller voir leurs avis !

Objectif PAL : -4

11 commentaires :

keisha a dit…

Tiens, Julien aussi le présentait ce matin!
Un excellent livre, bonne idée d'en faire une lecture commune .

Julien a dit…

oui, oui, je me suis greffé à cette lecture commune au dernier moment !

Mariel a dit…

Un souvenir de Terminale! Une lecture accessible, très pertinente et qui fournit un bon éclairage sur notre monde... Rien ne change, finalement...
A lire, évidemment!

Theoma a dit…

Je dois dire que je n'en garde aucun souvenir. Bizarre...

Kali a dit…

Pour l'instant nous avons trois billets sur ce livre, donc :D C'est déjà chouette de se dire que nous avons lu ensemble cette oeuvre 500 ans après son écriture!

Lounima a dit…

Pour celui-là, je passe... ;-)

Marie a dit…

Heu... pas trop le courage de le lire en ce moment... :-)

petite fleur a dit…

@ Keisha, Julien, Mariel, Theoma, Kali, Lounia et Marie : comme le dit Mariel, c'est un bon éclairage sur les techniques politiques de l'époque,et qui reste terriblement d'actualité. Mais ce n'est pas une lecture très distrayante, alors je comprends que certaines passent leur tour :-)

Marie a dit…

Tu as raison, c'est une lecture un peu laborieuse mais qu'il ne faut pas zapper car le sujet est resté très actuel.
Je note cette référence et je me réserve ce livre pour mes prochaines vacances, lorsque j'aurai plus de temps...

La liseuse a dit…

Je vous trouve tous très courageux de vous lancer dans pareille lecture. Je le lirais bien aussi.

Petite Fleur a dit…

0Marie et La Liseuse : Ca ne demande pas non plus trop de courage, l'ouvrage est petit. Mais c'est intéressant, pas distrayant, alors c'est moins accessible, forcément. J'avoue avoir triché en le lisant en diagonale. Mais, même comme ça, cet ouvrage est marquant !