ShareThis

12 janvier 2010

Avatar, de James Cameron

Film américain de James Cameron, sorti le 16 décembre 2006, avecSam Worthington et Sigourney Weaver.

L'histoire : Malgré sa paralysie, Jake Sully, un ancien marine immobilisé dans un fauteuil roulant, est resté un combattant au plus profond de son être. Il est recruté pour se rendre à des années-lumière de la Terre, sur Pandora, où de puissants groupes industriels exploitent un minerai rarissime destiné à résoudre la crise énergétique sur Terre. Parce que l'atmosphère de Pandora est toxique pour les humains, ceux-ci ont créé le Programme Avatar, qui permet à des "pilotes" humains de lier leur esprit à un avatar, un corps biologique commandé à distance, capable de survivre dans cette atmosphère létale. Ces avatars sont des hybrides créés génétiquement en croisant l'ADN humain avec celui des Na'vi, les autochtones de Pandora.
Sous sa forme d'avatar, Jake peut de nouveau marcher. On lui confie une mission d'infiltration auprès des Na'vi, devenus un obstacle trop conséquent à l'exploitation du précieux minerai. Mais tout va changer lorsque Neytiri, une très belle Na'vi, sauve la vie de Jake...

Mon avis : J'avoue, on m'a traînée pour voir ce film. Les petits ou plutôt les grands hommes bleus, ce n'est pas mon trip. Et puis, 2h40 tout de même ! Et bien, j'avoue aussi que ces 2h40, je ne les ai pas vu passer ! Passons tout de suite sur le côté convenu et facile de l'histoire : les vilains humains qui ne pensent qu'à l'argent et à détruire, les gentils Na'vi qui pensent à l'équilibre de la nature, le gentil humain qui passe d'un camp à l'autre. Du déjà vu, mais ça fonctionne toujours. L'intérêt du film n'est pas là. Il se trouve dans le fait que James Cameron a su mettre ses nouvelles technologies 3D au service de l'univers qu'il créé. Les images sont vraiment belles (coup de coeur pour le survol de la mer dans la scène de bataille à la fin), le rendu des visages bluffant : Sigourney Weaver est parfaitement reconnaissable en Na'vi et les expressions de ces étranges êtres sont réellement bien rendues. Les images des paysages sont saisissantes.
Un bon moment de cinéma, donc, pour les images surtout, pour s'en prendre plein la vue avec un univers complètement et joliment créé.

7 commentaires :

Lilibook a dit…

Pas encore vu ce film mais j'aimerais aller le voir

petite fleur a dit…

Je te le conseille, on passe un bon moment. Pour la 3D par contre, je ne sais pas si sans, c'est gênant. Avec, c'est vraiment bien intégré donc pas de mal de crâne et pas d'exagération. Ça se joue surtout sur la profondeur de champ (les détails à l'arrière plan).

Marie a dit…

Entièrement comme toi : j'y suis allée parce qu'on m'a dit qu'il fallait absolument... et je n'ai pas vu passer les 2h40 !
J'ai adoré le graphisme ! Et l'histoire malgré l'aspect guimauve et manichéen, renvoie tout compte fait à pas mal de questions sur l'écologie, le rapport à l'argent, la place de l'être humain, le virtuel...

petite fleur a dit…

Je suis d'accord sur le fait que ça pose des questions, toujours bienvenues, et d'autant plus en cette période. Mais ça reste convenu et déjà vu.

pascal a dit…

personnellement, le scénario je m'en moquais un peu mais alors le côté Ushuaïa Nature sur Pandora ça m'a vraiment plu. Quel travail graphique ils nous ont fait sur la faune, la flore, les couleurs, les attitudes des personnages, la profondeur des paysages. Quand je vois ça, je me dis que le pognon ça a des fois du bon (mais pas souvent du tout)!Chapeau bas Monsieur Cameron et son équipe!

Ori a dit…

Je suis une des rares à être passé à côté!

petite fleur a dit…

Bah, il faut un peu de diversité dans ce monde :-)