ShareThis

02 avril 2010

Jane Eyre [Charlotte Brontë]

L'auteur : Charlotte Brontë est une romancière britannique, née en avril 1816 à Thornton (Yorkshire), morte le 31 mars 1855.
Troisième fille du révérend Patrick Brontë, au sein d'une famille de condition modeste qui compte six enfants, elle bénéficie, comme ses quatre sœurs et son frère, de la présence d'un père qui a poussé ses études classiques jusqu'à l'Université de Cambridge, et n'hésite pas à leur transmettre sa culture et sa vision du monde.

Malgré sa condition de femme et son absence de moyens financiers, elle réussit à publier ses poèmes et ceux de ses sœurs (sous des noms d'homme), en 1846, et surtout, à publier Jane Eyre, qui rencontre un succès considérable.

L'histoire : Le livre se découpe en 3 parties : la première partie montre l'enfance de Jane Eyre, orpheline, recueillie par sa tante, Mrs Reed, tenue par une promesse faite à son mari avant sa mort. Jane Eyre est toutefois élevée comme étant inférieure à ses cousins qui n'hésitent pas à la maltraiter.
Elle finit par être envoyée à l'internat de Lowood, où les conditions de vie sont plus que précaires. Elle grandit et passe du stade d'élève à professeur, puis décide de changer de vie en passant une annonce pour trouver un poste de préceptrice.
La deuxième partie nous fait rencontrer son élève, Adèle, dont le tuteur est le mystérieux Mr Rochester. Au fil des mois, la jeune institutrice apprend à connaître son « maître », et l’admiration qu’elle a pour lui se transforme bientôt en amour profond. Néanmoins, elle est consciente de la différence de rang et d'âge qui les sépare.
La troisième partie nous montre le désespoir de Jane qui, pour sauver son honneur s'enfuit de Thornfield. Elle se lie d'amitié avec une famille mais ne peut oublier Mr Rochester.

Mon avis : Ce roman est un des rares que je lis et relis à volonté.
Je vous ai fait le résumé version courte pour ne pas gâcher votre plaisir de lecture. Bien sûr, il s'agit de romantisme à l'anglaise, dans la digne lignée des autres Brontë et autre Jane Austen. Donc, peut être plus axé vers un public féminin.
Je ne saurais trop vous dire pourquoi ce livre est un de mes préférés. L'histoire est à la fois simple dans la narration, complexe dans les sentiments (comment ne pas penser aux Hauts de Hurlevent), avec des détails historiques sur la condition féminine et sur les conditions de vie de l'époque. Il est facile de s'identifier à cette jeune femme qui, tout en étant consciente des difficultés, fait preuve de courage et d'honneur. Et puis ce cadre de lande anglaise battue par les vents est propice à l'introspection et à l'ouverture des sentiments, sans se voiler la face. Mais l'introspection n'empêche pas l'action et c'est avec plaisir qu'on suit notre petite Jane devenir grande et femme.

Un coup de cœur indétrônable.

12 commentaires :

Neph a dit…

J'adore Les Hauts de Hurlevent, et bien évidemment aussi Jane Eyre ! Mais contrairement à toi, je n'ai pas encore osé les relire récemment, de peur d'être déçue... Il faut que je prenne mon courage à deux mains :)

Fleur a dit…

J'ai lu Jane Eyre il y a quelques mois et j'avais adoré. Maintenant, je le classe parmi mes romans préférés. Je pense que comme toi je le relirai dans quelques années.

Pimpi a dit…

Mon roman préféré à vie... je l'ai lu et relu adolescente. Ça doit bien faire 10 ans que je n'ai pas remis le nez dedans, mais je m'en souviens parfaitement... j'aime ce livre d'amouuuuuur! :D

petite fleur a dit…

@ Neph : il y a bien longtemps que j'ai lu "Les hauts de Hurlevent", je devrais les relire. Mais j'ai un amour particulier pour "Jane Eyre" qui ne pourra pas être détrôné.

@ Fleur : Oui, je le relis de temps en temps, pour le plaisir, mais pas si souvent que ça non plus sachant que j'ai du le lire 3 fois et que la première fois j'étais ado...

@ Pimpi : Eh oui, il y a des livres comme ça... :-)

George a dit…

Il faudrait que je le relise, mais j'ai des souvenirs très précis d'angoisse... j'étais alors bien jeune...

Alex-Mot-à-Mots a dit…

Un classique anglais, qu'il faudra que je relise à l'occasion.

petite fleur a dit…

@ George : Hum, moui, je trouve surtout la première partie, quand elle est en internat, particulièrement angoissantet. Surtout quand tu es jeune effectivement... Après, puisque tout le monde en ce moment parle de Daphné Du Maurier, il y a du mystérieux quand elle est avec Rochester, qui fait penser à Rebecca...

@ Alex : un classique, indubitablement !

Manu a dit…

Je vais bientôt le lire à l'occasion d'une lecture commune.

petite fleur a dit…

J'ai hâte de lire ton avis alors !

aBeiLLe a dit…

Je l'ai découvert cette année et j'ai beaucoup aimé! Je compte lire Les Hauts de Hurlevent bientôt! :o)

petite fleur a dit…

"Les hauts de Hurlevent", ce n'est pas pareil. Je préfère celui-ci, dans lequel il y a tout de même une note d'espoir.

Liyah a dit…

Il faut a tout prix que je découvre cette auteur ! Je me note celui-ci et Les hauts de Hurlevents !