ShareThis

29 janvier 2011

Au-delà, de Clint Eastwood

Film américain de Clint Eastwood, sorti le 19 janvier 2011, avec Matt Damon, Cécile de France et Thierry Neuvic.

L'histoire : Au-delà est l'histoire de trois personnages hantés par la mort et les interrogations qu'elle soulève. George est un Américain d'origine modeste, affecté d'un "don" de voyance qui pèse sur lui comme une malédiction. Marie, journaliste française, est confrontée à une expérience de mort imminente, et en a été durablement bouleversée. Et quand Marcus, un jeune garçon de Londres, perd l'être qui lui était le plus cher et le plus indispensable, il se met désespérément en quête de réponses à ses interrogations. George, Marie et Marcus sont guidés par le même besoin de savoir, la même quête. Leurs destinées vont finir par se croiser pour tenter de répondre au mystère de l'Au-delà.

Mon avis :Après Invictus l'année dernière, voici donc le nouveau Eastwood, dans un genre bien différent. Et ce n'est pas le meilleur Clint Eastwood, ni le plus marquant. Certains penseront peut être que, à plus de 80 ans, l’idée d’un après la mort doit titiller Clint Eastwood. M’enfin quand même, pour moi, ça reste un terrain sur lequel je ne l’attendais pas.
Pas de racolage et de facile, dans la façon d’approcher ces trois destins qui finiront par se croiser : un médium, George (joué par Matt Damon), qui possède de réels pouvoirs, mais ne supporte plus la détresse que ses révélations engendrent chez les autres ; Marie, une journaliste française (Cécile de France) qui, après le tsunami aux Philippines et une expérience de l’au-delà, revient et remet tout en question ; Marcus un enfant (George McLaren) anglais qui perd son frère jumeau et n’arrive pas à vivre sans lui. Trois êtres humains différents, tant par leur vie que par leur approche de la mort, et qui vont finir par se retrouver.
Là où Invictus pêchait par son côté moralisateur, j’ai trouvé que Au-delà pêchait par sa façon somme toute assez classique d’approcher le sujet de la vie après la mort, notamment avec cette séquence très longue du début sur le tsumani. La récupération d’un fait dramatique assez récent me semble déjà un peu facile pour poser tout de suite le sujet, mais c'est là la seule concession à la facilité. Ce film chorale a quelques longueurs, agréables certes, mais des longueurs tout de même, comme l’histoire du jeune Marcus, qui tourne assez vite en rond.
Ceci dit, Clint Eastwood réalise l’exploit de ne pas (trop) tomber dans le pathos… à quelques exceptions près : la scène de la petite fille et du nounours lors du tsunami ou surtout toute la partie en Suisse. Des images d’un Paris très carte postale : les plans sur la Tour Eiffel et l’Arc de Triomphe, merci ! Bon, j’avais dit pas trop…
On reconnaît tout de même la marque du réalisateur sur d’autres plans comme Matt Damon mangeant seul à sa petite table de cuisine, ou encore Matt Damon qui semble seul, au milieu d’un plein cour de cuisine italienne… Dans l’ensemble d’ailleurs, les séquences avec Matt Damon sont beaucoup plus crédibles et justes.
Je suis aussi déçue par la fin, la nécessité de finir sur une romance me laisse dubitative. Dans l'ensemble, mon avis est au final très mitigé... Mais bizarrement, je n’ai tout de même pas vu passer les 2h10 que dure ce film, alors… je vous laisse juge. Et je m'en vais regarder Lettre d'Iwo Jima, que je n'ai pas encore vu !

2 commentaires :

Bruns a dit…

J'ai failli aller le voir hier, mais les diverses critiques entendues ça et là m'ont longuement fait hésiter....j'y vais c'est quand même Clint, j'aime bien Damon et CC,... j'y vais pas, une critique de france inter pas top la semaine dernière.....pour finir j'attendrai sa sortie DVD...et je crois que j'ai bien fait ....j'ai opté pour Green Hornet ..Pas de prise de tête, humour et baston pour la fin de semaine ......mais alors la 3D c'est abusé..Mais je m'égare....@+

Irrégulière a dit…

J'ai l'impression que tout le monde est déçu par ce film... dommage, le sujet m'intéressait bien ! J'attendrai qu'il soit dispo en VOD...