ShareThis

13 janvier 2011

Return to Paradise [Simone Elkeles]

Comme promis, la suite (et fin) de Leaving Paradise, Return to Paradise. Une envie de bleuette juste en période de Noël, et une façon de pratiquer mon anglais (comment ça, c’est pas une excuse ?) m’ont décidé à rapidement attaquer ce deuxième volet. Bon, j’avoue, l’envie également de retrouver Maggie et Caleb, qui ne pouvaient pas ne pas se retrouver.

L’histoire : Caleb Becker left Paradise eight months ago, taking with him the secret he promised to take to his grave. If the truth got out, it would ruin everything.
Maggie Armstrong tried to be strong after Caleb broke her heart and disappeared. Somehow, she managed to move on. She was determined to make a new life for herself.
But now Caleb and Maggie are forced together on a summer trip. They try ignoring their passion for each other, but buried feelings resurface. Caleb must face the truth about the night of Maggie’s accident, or the secret that destroyed their relationship will forever stand between them.

Mon avis : On entre plus vite dans cet opus que dans le précédent. Parce qu’on connaît déjà les personnages, peut être ? L’auteur trouve ici un moyen de forcer nos deux protagonistes à être ensemble. Ils sont tous les deux inscrits, de façon non négociable, à une sorte de séminaire pour permettre à d’autres jeunes de bénéficier de leur expérience : un mauvais choix, un mauvais comportement a changé leur vie à tout jamais. Si Caleb est obligé d’y assister pour éviter une fois de plus la prison, Maggie elle, veut se prouver qu’elle est passée à autre chose et qu’elle s’accepte tel qu’elle est. Cette cohabitation forcée les pousse à se chercher, se provoquer, toujours plus loin. Des étincelles, forcément, voilà ce que ça fait.
Mais par moment, j’ai eu l’impression qu’il s’agissait plus de juxtaposition de scénettes « à étincelles » justement, que d’une véritable histoire construite. Alors oui, mon petit cœur de midinette frémit. Mais je préfère de loin la trilogie Perfect Chemistry avec de vrais bad boys. Caleb est un peu lassant avec ses atermoiements, Maggie à répéter qu’elle veut passer à autre chose, et tout corriger. Pas assez d’éléments perturbateurs dans cette histoire qui se construit. Une petite déception donc...