ShareThis

18 février 2011

L'éclat d'une passion [Nora Roberts]

L'auteur : Nora Roberts est une romancière américaine spécialisée dans les romans d'amour, née en octobre 1950. Wikipédia annonce 100 millions de livres vendus dans plus de 26 langues quand les éditions Harlequin annoncent en 4e de couv' plus de 400 millions de livres dans 34 pays.

L'histoire : Bien moins à l'aise face aux hommes que face aux fauves qu'elle dresse depuis son plus jeune âge, Jo Wilder est bouleversée par l'arrivée de Keane Prescott, le nouveau propriétaire du cirque dans lequel elle a grandi. Car, elle en est certaine, cet homme froid et arrogant n'hésitera pas une seule seconde à vendre le cirque au plus offrant, sans se soucier des hommes et des femmes qui y ont consacré toute leur vie. Mais, plus encore que la menace qu'il fait peser sur le seul monde qu'elle connaisse, elle redoute le trouble immense qu'il a fait naître en elle, dès le premier regard. S'il prend la route avec eux, comme il en a l'intention, comment pourra-t-elle résister aux sentiments intenses et contradictoires qui la submergent face à lui, des sentiments qu'elle n'a jamais ressentis auparavant et qui la laissent totalement désemparée ?

Mon avis : Si on avait eu encore des doutes à la vue de la couverture, la 4e se permet de nous rappeler que nous sommes ici face à une histoire écrite par la reine du roman féminin. Oulaaaaa ! Après l'aventure des Harlequinades montée par Chiffonnette et Fashion, j'ai voulu croisé le chemin de cette reine du roman féminin. Et, là où le côté kitsch, vieux jeu, terriblement sexiste et cliché des Harlequin précédents que j'ai pu lire pouvait prêter à sourire, voire à rire certaines fois par les répliques, celui-ci est juste niais et ennuyeux. Sincèrement, je ne vois rien d'intéressant là dedans. Une jeune fille qui ne vit que pour et par le cirque croise un jeune homme terriblement séduisant. Et au lieu de lui sauter dessus, alors que le courant passe visiblement très bien entre tous les deux, bah non, ils se regardent en chiens de faïence, s'approchent, se repoussent, tout cela sur fond de découverte du monde du cirque (!!!). Deux pauvres scènes de baiser, des répliques abominablement plates et sans saveurs, 278 pages où les deux tourtereaux ne font que se tourner autour, sans aucune raison pour ne pas passer à l'acte et laisser tranquille la pauvre lectrice qui ne mérite pas un traitement pareil ! Si tous les romans de Nora Roberts sont de la même sorte, je ne comprends absolument pas l'engouement...

Merci à Babelio et aux éditions Harlequin pour cette lecture tout de même.

3 commentaires :

Irrégulière a dit…

J'ai beau aimer les histoires d'amour, j'avoue que ce genre de littérature... bof quoi !

Loesha a dit…

Ah ben tu cherches aussi... et en plus tu m'as obligée à le lire >_<*
Aucun second degré possible sur cette lecture...pas terrible terrible !

Petite Fleur a dit…

@ Irrégulière : plus que bof, beurk.

@ Loesha : pas de raison d'être la seule à devoir le lire, les collègues doivent souffrir avec moi :-)