ShareThis

06 mai 2011

La maison des jours heureux [Danielle Steel]

L'auteur : Danielle Steel est une romancière américaine, née en août 1947, spécialisée dans les romans d'amour.
La maison des jours heureux est son 15e roman, sur plus d'une soixante de titres, qui figurent régulièrement dans les best-sellers du New York Times.

L'histoire : Pendant des années, comme son père avant lui, Jeremiah Thurston s'est entièrement consacré à ses mines de Napa Valley, extrayant de l'or, puis de l'argent, et enfin du mercure. A quarante-trois ans, il se retrouve l'homme quasiment le plus riche de toute la Californie. Au cours d'un voyage à Atlanta, il va rencontrer et aimer passionnément une ravissante jeune fille, l'épouse et faire construire pour elle, à San Francisco, une maison digne d'une princesse. Mais sa femme à dix-sept ans et ne conçoit pas du tout la vie comme lui...
Joies, peines, malheurs... La Maison Thurston cependant, détentrice de tous les secrets et symbole d'éternité, va constituer la mémoire et le ciment de toute une famille et demeurera son unique point d'ancrage.

Mon avis : Tout pourrait se résumer en "bof bof bof". J'ai été au bord de l'abandon plus d'une fois. Mais j'ai des scrupules à arrêter des lectures, d'autant plus que celle-ci n'était pas ce qu'on peut appeler compliquée !
Le lecteur suit d'abord les pas de Jeremiah qui, après la mort prématurée de sa toute jeune femme, mettra plus de 20 ans avant de se remarier à une enfant de 18 ans, très belle, dont il tombe fou amoureux. Il lui construit à San Francisco une magnifique maison, la sachant attirée par la ville. Mais ils y logent en alternance avec la maison plus modeste de Napa, où se situent les mines et les vignes, qui ont fait toute la fortune de Jeremiah. Mais Camille est peut être très belle, elle s'avère également terriblement égoïste et capricieuse. Elle finira par plaquer mari et bébé pour s'enfuir avec son amant.
Puis le lecteur suit les pas de Sabrina, la fille de Camille et Jeremiah. Son père l'a élevée seule dans l'idée que sa mère était morte (on se doute bien qu'elle resurgira un jour). Le jour du décès de son père, Sabrina reprend les rennes de l'entreprise familiale. Une femme est pourtant mal vue à ce poste. Et puis, il lui faudra faire face à la Prohibition, la Dépression et les deux guerres mondiales qui mettront à mal son héritage.

Au final, donc, une histoire sans ambiance, sans véritable élan tellement tout est attendu, sans panache non plus car tout est sur le même ton du début à la fin. Aucun intérêt et un titre très mal choisi puisque cette maison verra plus de malheurs qu'autre chose.

Ce roman correspond à la rubrique Lieu géographique du challenge Petit Bac d'Enna !


10 commentaires :

enna a dit…

Hé hé! Tu me fais rire quand tu dis chez moi que c'était une vieillerie de ta PAL qui aurait pu y rester ;-) Au moins le challenge à ce mérite là : vider la PAl ;-)

Caro a dit…

quel courage de t'être lancée dans ce roman. Rien que la couverture ne me donne pas envie du tout!!

keisha a dit…

L'auteur chouchou number one de ma mère. c'est ma mère, je n'en ai qu'une, donc pas touche. je lui en offre à noel, fête des mères , etc... Mais me demande bien pourquoi elle aime. j'en ai lu un, j'ai eu du mal. Donc bravo d'être allée au bout. Aucune surchauffe de neurones, une histoire avec plein de malheurs, ça se termine bien, etc... voilà ce que je retiens. mais la dame a beaucoup de succès.

Petite Fleur a dit…

@ enna : mouais, s'il pouvait surtout nous aider à déPALer des coups de coeur qui s'ignorent, ce serait peut être un peu mieux :-)
Mais j'ai eu plus de chance avec le prochain titre de ton challenge. Billet pour bientôt !

@ Caro : en même temps, c'est une vieille édition, donc je pardonne la couverture hideuse. Mais elle va bien avec le sujet, malheureusement...

@ keisha : oh, je ne touche pas :-) Disons que j'aurai lu du Nora Roberts et du Danielle Steel. J'ai vu, j'ai lu, j'ai vaincu et je n'y retournerai plus :-)

alinea a dit…

je me souviens avoir lu cet auteur et je n'en garde pas un souvenir particulièrement marquant.

volcan a dit…

C'est vraiment pas le genre d'auteur qui m'attire, exactement comme Nora Roberts, Danielle Steel ou encore Risamunde Pilcher et toute cette floppée d'autrices... Je ne suis vraiment pas attiré par ce genre de lectures que certains prennent tout de même pour de la "grande littérature" :)

Bravo pour ton exploit ! J'aurais sans nul doute abandonné... même si, comme toi, j'ai des scrupules à abandonner un livre...

Petite Fleur a dit…

@ alinea : bah voilà, c'est exactement ça !

@ volcan : Nora Roberts, j'ai essayé aussi, et c'est pire à mon sens, c'est vraiment typé harlequin. Rosamunde Pilcher, le nom me dit quelque chose mais je ne vois pas. Et je n'ai pas envie d'essayer :-)
Ah, et sinon, j'ai repris le Circle Challenge. J'ai lu le E, billet bientôt. Et j'ai le livre de la lettre A !

volcan a dit…

Ah ! J'ai hâte de savoir ce que tu as pensé de "La place" et de l'écriture d'Annie Ernaux !!

Le livre de Niccolo Ammaniti est sublime, je t'encourage nettement à te procurer le film une fois que tu l'auras lu... En VOST c'est encore meilleur.

Petite Fleur a dit…

@ volcan : ah suspense suspense :-)

manU a dit…

Quelle surprise de voir ce livre ici ! J'ai lu ça quand j'étais ado, c'était il y a bien longtemps... :(
Ma grand-mère adorait, elle...