ShareThis

22 mai 2011

Peur sur Lutèce [Patrick Demory]

L'auteur : Patrick Demory est consultant en formation et ressources humaines et s'est lancé dans la littérature avec son premier roman Le feu de Mithra, premier opus des aventures du centurion Marcus Pius. Peur sur Lutèce est le deuxième titre.

L'histoire : Lutèce, capitale des Gaules, janvier 358 de l'ère chrétienne.
Victorieuses des envahisseurs alamans, les légions du César Julien passent un hiver de repos sur les bords de la Seine. Le César lui-même a été rejoint par son épouse, Hélène, qui porte en son sein un enfant, peut-être un futur empereur.
Mais même au plus froid de l'hiver, peut-on jamais trouver la paix ? Dans les faubourgs de la cité des Parisii, des jeunes femmes agonisent dans d'atroces souffrances, victimes d'une maladie étrange.
Sortilège ou empoisonnement ? Magie noire ou complot ? Comme celle du César, toutes ces femmes étaient enceintes....

Mon avis : Les polars historiques sont à la mode mais celui-ci a l'originalité de se dérouler à une époque peu connue : le Lutèce de l'ère romaine et de l'avènement du Christianisme. Le Christ est mort depuis plus de 350 ans et il n'en reste qu'une légende. Cette religion a essaimé tout autour de la Méditerranée au point que l'empereur Constantin a décidé d'en faire une religion d'empire et a convoqué le concile de Nicée en forçant les turbulents mouvements chrétiens à trouver un accord sous la forme d'un Credo qu'on peut encore entendre de nos jours dans certaines églises.
Dans ce contexte trouble, on se retrouve à Lutèce à la fin de ce terrible hiver de l'an 358 durant lequel la Sequana (la Seine) charriait des blocs de glace. C'est Julien, César de Gaule à cette époque et futur empereur, qui le dit dans ses mémoires.
On voit que l'auteur s'est très bien documenté pour écrire son livre sans que ça ne ressemble jamais à un étalage de connaissances et reste très agréable à lire. À la fin du livre, l'auteur avoue lui-même avoir pris quelques libertés quant à certains faits historiques et personnages. Il y a également un glossaire puisqu'on retrouve des mots latins dans le texte (D'ailleurs note pour l'éditeur : le glossaire n'est pas complet du tout et il manque nombre de mots étoilés dans le livre. Ça ne nuit pas à la lecture mais c'est dommage).
On suit donc le centurion Marcus Pius, militaire expérimenté qui se transforme en enquêteur pour délier les fils de l'intrigue de ces disparitions et de ces morts étranges. Comme on s'y attend, tout va s'avérer beaucoup plus complexe, machiavélique qu'en apparence, mettant jusqu'à la tête de l'Empire lui-même en danger.
Le récit est fluide et se lit d'une traite. L'auteur nous présente des militaires romains éduqués, intelligents, respectueux des gaulois, aimant cette contrée, presque humanistes. Mais il nous parle aussi d'une époque violente, cruelle, où la vie est dure et dangereuse malgré la paix précaire instaurée par les romains. On passe un moment agréable, on apprend des choses sur la Gaule de l'époque.
Mais ça reste assez entendu dans l'ensemble : quelques scènes un peu dures mais pas trop, le scénario se déroule assez linéairement, les personnages n'ont pas trop d'aspérités non plus. En bref, un bon petit livre pour se faire plaisir sans se prendre la tête. Mais j'aurais aimé un peu plus de densité dans les caractères et dans la reconstitution, ainsi qu'un scénario un peu moins trivial ou au moins plus romanesque ou torturé. Ça m'a laissé un arrière goût de "c'est pas mal mais j'en voudrais un peu plus". Donc on attendra d'autres opus en espérant qu'ils apportent davantage de matière à cette époque intéressante.

Merci à Babelio et aux éditions Calleva pour ce roman.


3 commentaires :

Jérôme a dit…

Je te rejoins sur beaucoup de points : intrigue linéaire, peu d'action, manque d'épaisseur des personnage... et malgré tout, ça reste agréable à lire. Mon avis est ici : http://litterature-a-blog.blogspot.com/2011/05/peur-sur-lutece-une-enquete-du.html

Mango a dit…

Les polars historiques devant être doublement plus intéressants que les autres pour me plaire, je vais donc écarter celui-ci, en attendant mieux.

Gruikman a dit…

@jerome: je vais aller lire ton commentaire! En fait, ce livre est très bien pour le RER ou les vacances je pense!
@mango: assez d'accord avec toi et puis je lisais en même temps le Voleur d'éternité de A.Lapierre qui n'est pas un polar mais une pseudo-biographie/roman d'aventure historique qui a justement une densité assez poussée donc ça détonnait pas mal.