ShareThis

17 juin 2011

Le rameau brisé [Jonathan Kellerman]

L'auteur : Jonathan Kellerman est un écrivain américain né en août 1949. Il fait des études de psychologie et se spécialise en psychologie clinique pédiatrique. Son premier roman, Le rameau brisé, obtient le prix Edgar en 1986. Il se consacre dès lors entièrement à l'écriture, se servant de ses études comme cadre pour ses romans.

L'histoire : Un psychiatre et sa compagne ont été assassinés. Le seul témoin du meurtre est une enfant de sept ans, Melody Quinn. Très perturbée, celle-ci ne parle plus. L'inspecteur Milo Sturgis fait appel à son ami, le célèbre psychologue pour enfants Alex Delaware. Pourra-t-il aider la petite fille à témoigner, quitte à recourir à l'hypnose ?

Mon avis : Voici un polar bien sympathique pour les vacances ! Rien de bien révolutionnaire, certes, mais l'histoire est bien écrite et bien menée. J'ai été plongée dans l'histoire et je n'en demandais pas plus.
Il semble qu'il s'agisse là de la première aventure du Dr Delaware et de l'inspecteur Sturgis. Sans aller ici jusqu'à parler de tandem, puisque nous suivons plus les réflexions et les investigations du psychologue pour enfants, le duo fonctionne bien, chacun jouant son rôle.
Appelé par Sturgis à la rescousse, Alex se retrouve avec un besoin irrépressible de connaître la vérité. D'autant que le crime pourrait être mêlé à une affaire qu'il a traité quelques mois plus tôt, affaire qui l'a poussé à prendre sa retraite à seulement 32 ans. Il va donc partir à la découverte de l'histoire des différentes victimes, toutes plus ou moins liées au monde médicale sous une forme ou sous une autre.
L'écheveau se déroule, jusqu'à la solution finale, assez glauque il faut le reconnaître, même si le récit en lui-même n'est absolument pas trash. J'ai particulièrement apprécié la narration sur la fin, alors que le Dr Delaware commence à "tilter" sur certains points de l'enquête : il en est dit suffisamment peu pour que le lecteur puisse continuer à chercher et réfléchir, mais également suffisamment pour ne pas frustrer non plus en partant sur de mauvaises pistes, dans un flou total.
Au final, donc, vous l'aurez compris, un bon moment de lecture que je vous recommande.

Ce roman correspond à la rubrique Végétal du challenge Petit Bac d'Enna !

4 commentaires :

Ys a dit…

Ce qui ressort des avis sur les livres de Jonathan Kellerman c'est qu'ils sont pas mal sur le coup mais pas inoubliables. Je crois que le fils, avec "Les visages" a fait beaucoup plus fort.

Petite Fleur a dit…

C'est pas faux. Ça tient au fait je pense que Jesse n'a pas écrit tant un polar qu'une plongée dans le monde de l'art. A voir comment il s'en sortira avec le prochain.
Mais je confirme que cette lecture était agréable.

Manu a dit…

J'en avais lu un que j'avais bien aimé aussi. Mais pas transcendant non plus, quoique j'en garde un bon souvenir.

Petite Fleur a dit…

Voilà, ça se lit bien et on passe un bon moment. J'avoue ne pas demander beaucoup plus à un polar. Le reste, ce n'est que du positif quand il arrive.